Aérien : l’américaine JetBlue rachète Spirit pour 3,8 milliards de dollars

Publié le 28 juil. 2022 à 17:00

Après une saga de plusieurs mois, la compagnie aérienne américaine JetBlue l’a finalement emporté et a annoncé ce jeudi le rachat de sa rivale Spirit pour 3,8 milliards de dollars. L’opération, si elle arrive à son terme, devrait donner naissance à un nouvel acteur d’ampleur dans le ciel américain. La fusion JetBlue/Spirit créerait en effet la cinquième plus grosse compagnie américaine en nombre de sièges proposés, derrière les compagnies American Airlines, United, Delta et Southwest, les « Big Four ».

Cette acquisition doit encore obtenir le feu vert des régulateurs et des actionnaires. Elle intervient au lendemain de l’abandon par Frontier, une autre compagnie à bas prix, d’un projet de fusion avec Spirit.

Cinquième plus grosse compagnie américaine

La nouvelle entité s’appuiera sur 77 millions de clients et détiendra 9 % des parts du marché américain, selon les chiffres fournis par Spirit et JetBlue, qui prévoient également d’économiser 600 à 700 millions de dollars par an après la finalisation de l’accord. « Spirit et JetBlue vont continuer de faire progresser notre objectif commun de transformation du secteur afin de faire baisser les tarifs des compagnies du Big Four », a déclaré dans un communiqué Robin Hayes, le patron de JetBlue.

La présence d’une compagnie low-cost comme Spirit sur certaines lignes pousse en effet les compagnies classiques à offrir davantage de sièges au tarif économique de base. Selon les experts de l’industrie interrogés par CNN, une fusion entre Spirit et Frontier, deux compagnies aux tarifs très bas, aurait permis d’orienter les prix à la baisse. Mais JetBlue étant plus chère que Spirit, le contraire risque d’arriver. JetBlue prévoit par ailleurs de reconfigurer les avions de Spirit si elle acquiert la compagnie pour y ajouter des sièges de première classe, selon la chaîne américaine.

Le projet de rachat pourrait donc faire l’objet d’un examen particulièrement approfondi de la part des régulateurs, alors que JetBlue est déjà poursuivie par les autorités de la concurrence pour son partenariat avec American Airlines sur les lignes partant de New York et Boston.

Frontier d’abord pressenti pour le rapprochement

Spirit avait annoncé en février son intention de se rapprocher de Frontier . Mais JetBlue avait créé la surprise quelques semaines plus tard en déposant à son tour une offre, financièrement plus intéressante pour les actionnaires de Spirit. Face au rejet du conseil d’administration de Spirit, JetBlue avait lancé en mai une OPA hostile.

Les dirigeants de Spirit avaient exprimé à plusieurs reprises leur préférence pour une transaction avec Frontier, estimant que les autorités de la concurrence seraient sans doute réticentes à l’égard d’un rapprochement avec JetBlue. Mais une assemblée générale extraordinaire destinée à approuver la fusion avec Frontier a été repoussée à quatre reprises avant l’annulation du rapprochement.

Paiement en cash et frais de résiliation

Dans l’accord annoncé ce jeudi, JetBlue propose le paiement en cash des actions de Spirit, au prix unitaire de 33,50 dollars. C’est 38 % de plus que le cours de clôture du titre mercredi. Le prix montera progressivement jusqu’à 34,15 dollars par action si la transaction est conclue après décembre 2023, les deux entreprises espérant finaliser l’accord avant la fin du premier semestre 2024.

JetBlue s’est aussi engagée à payer des frais de résiliation de 70 millions de dollars à Spirit et de 400 millions de dollars aux actionnaires de Spirit si les régulateurs mettaient leur veto à l’opération.

L’action de Spirit montait d’un peu plus de 4 %, dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street ce jeudi après-midi. Celle de JetBlue prenait un peu plus d’1 %.