Quand un député macroniste se fend d’un salut nazi…

Décidément, la macronie emploie d’étranges méthodes pour combattre l’extrême droite. Après Emmanuel Macron qui qualifiait, en 2017, Philippe Pétain de «  grand soldat », Rémy Rebeyrotte, député LaREM de Saône-et-Loire, a fait un salut nazi, le 12 juillet, en plein examen du projet de loi sanitaire. Il a été surpris par le député LR Marc Le Fur, qui l’a alors interpellé en ces termes : «  Ne recommencez plus, ce n’était pas beau Rebeyrotte ».

Le 13 juillet, le macroniste a tenté de justifier son geste pour le moins scandaleux, en expliquant l’avoir fait pour dénoncer le « salut nazi » effectué par « un grand gaillard du RN » à l’Assemblée. Le député LaREM de Saône-et-Loire a alors mimé le geste en lui disant qu’ « il ne faut pas faire ça ». Sur Facebook, le même jour, Rémy Rebeyrotte a publié un texte où il dit avoir subi à la buvette parlementaire « la pression physique de 3 fachos, dont l’auteur des faits, qui ne demandent de ne rien dire ». L’intéressé se garde néanmoins de révéler leur identité.

« Un habitué des insultes »

Une version contestée par le député RN Sébastien Chenu. «  Monsieur Rebeyrotte est un habitué des insultes. Pour cacher ses propres turpitudes, il a inventé une histoire. C’est n’importe quoi », assure le vice-président de l’Assemblée nationale. Selon l’AFP, Rémy Rebeyrotte interpelle régulièrement les députés RN, hors micro, en leur disant qu’il les trouve «  un peu socialiste national » (sic).

Mercredi 20 juillet, en pleine polémique, le député LaREM en remet une couche sur son profil Facebook en écrivant : « Il y eût deux Pétain, l’honneur et le déshonneur de la France… ». Il commente alors un discours du général de Gaulle datée de 1966. Un discours prononcé six ans avant la parution de l’ouvrage de l’historien Robert O. Paxton intitulé : La France de Vichy, grâce auquel la collaboration et le rôle de Philippe Pétain ne peuvent aujourd’hui souffrir de controverses historiques.