Graulhet : Le Sporting perd mais rassure avant le début de saison

l’essentiel Samedi soir à Fleurance, le Sporting, même s’il a perdu 19 à 13, a rassuré quant à ses capacités à réagir et se mettre au niveau. Dans une rencontre engagée, présumant de ce que sera ce championnat de Nationale 2, le Sporting, qui déplaçait une douzaine de nouveaux, aura montré deux visages.

En première mi-temps, et particulièrement durant les 20 premières minutes, les partenaires de Maisuradzé, ont été pilonnés, heurtés, mais rarement franchis par les offensives fleurantines. Souvent sur leur ligne, ils ont défendu sérieusement, avec application, n’encaissant qu’un seul essai devant la monopolisation du ballon par l’adversaire. On aura noté l’abattage de Pueyo et Azzi, la tonicité de Fondoux et la bonne attitude défensive de Soulé. Gély ayant réduit le score par deux pénalités, les Tarnais étaient menés 14 à 6 à la pause.
Changement radical à la reprise, avec une mêlée graulhétoise ultra-dominante, renversant quatre fois sa rivale et mettant le reste de l’équipe dans de bonnes dispositions morales et offensives. Gauthier sur son aile a conclu un mouvement d’envergure.
Durant trente minutes, Graulhet a multiplié les actions de jeu, ne laissant que peu d’initiative à l’adversaire. Mais a trop bouloir jouer, c’est en contre que les locaux ont marqué leur troisième essai. Dans les derniers instants le pack de Noui, Vidal et Llach a été à un mètre de décrocher ce qui aurait pu être une victoire.
« L’équipe a fait montre d’un état d’esprit remarquable durant 80 minutes. Et ce, malgré l’absence d’une dizaine de joueurs. Nous avons trois occasions que nous devons mettre au fond. Il va falloir être plus efficace sur les plaquages, et la conservation. Nous avons franchi un nouveau palier après le match contre Gaillac. Un autre va devoir l’être, vendredi face à Albi, faire ce que nous avons fait quarante minutes, pendant quatre-vingt » avançait le co-entraîneur Jean Christophe Bacca.