ATP : Arthur Cazaux, quel retour !

l’essentiel Premier titre Challenger pour le Stadiste. À nouveau sur le circuit début août après une pubalgie, le joueur du Stade Toulousain, âgé de 20 ans, a été sacré dimanche dernier en Thaïlande lors de son troisième tournoi de reprise en étant passé par les qualifications.

“Physiquement, tout a bien tenu. C’est forcément rassurant pour la suite.” Son précédent titre en simple remontait au mois d’octobre dernier, au Portugal, sur une épreuve du circuit ITF (3e division du tennis pro). Mais pour Arthur Cazaux (20 ans, 432e mondial), cette quatrième ligne à son palmarès, ajoutée dimanche en Thaïlande à Nonthaburi (à 20km au Nord-Ouest du centre de Bangkok), a bien évidemment une saveur particulière : le Stadiste a remporté sa première finale sur le circuit Challenger, mais c’était seulement son troisième tournoi de reprise après deux mois de coupure en raison d’une pubalgie.

Rappel des faits : cette même blessure l’avait déjà contrarié entre mi-novembre 2021 et mi-mars 2022 ; puis, fin mai, après son premier tour (perdu) dans les qualifications de Roland-Garros, le natif de Montpellier avait dû une fois de plus s’éloigner du circuit. Pour ce nouveau retour, l’ancien 281e mondial (en avril) se voulait raisonnable : priorité aux tournois sur dur “car la terre battue n’est pas la meilleure option compte tenu de ma blessure”.

“Une bonne dose de confiance”

Dans son agenda, il avait tout d’abord coché Monastir (Tunisie), du 8 au 14 août, épreuve du circuit ITF. “Certes, je manquais de repères. Mais j’atteins tout de même les demies. Sur le plan physique, j’étais rassuré car je ne ressentais plus de douleur. De quoi aborder cette tournée en Thaïlande sur le circuit Challenger avec sérénité”, précise-t-il. Deux semaines plus tard, son premier essai à Nonthaburi s’est arrêté d’entrée, “contre la tête de série N.1”. La suite, on la connaît : “Sur ce deuxième tournoi en Thaïlande, sur le même site, ce n’était pas plus mal de passer par les qualifications. Durant cette semaine, j’ai donc disputé sept matchs en ne lâchant qu’un seul set (au 2e tour des “qualifs”, NDLR). Sur le plan du jeu, match après match, je me sentais de mieux en mieux. Bien sûr, c’est top de remporter mon premier Challenger. Après toutes mes galères, cela me permet de prendre une bonne dose de confiance”, résume le jeune homme.

Une demie aujourd’hui

Sa belle série continue cette semaine, toujours au même endroit, puisqu’il a validé ce vendredi 9 septembre son billet pour les quarts (6-3, 3-6, 6-0) face au Vietnamien Nam Hoang Ly (290e mondial). “Après la Thaïlande, je reviens en Europe avec deux semaines d’entraînement en France. En ce qui concerne les tournois, la suite de mon calendrier n’est pas encore définie”, prévient-il.