Rodez. Près de 1 200 personnes défilent de Bourran au centre-ville

l’essentiel Le nouvel acte du rassemblement contre la réforme des retraites, porté par sept organisations syndicales, a démontré hier que la mobilisation était « intacte » avant le grand rassemblement départemental de jeudi 23 mars à Rodez.

Arrogance, mépris, insulte pour le monde du travail : voilà le message de l’État ! Tous les ingrédients sont réunis pour que ça pète, nous en avons averti le préfet et les députés ». Au micro à l’arrivée du cortège sur la place d’Armes, peu avant midi ce samedi, Emmanuel Dumas (Force ouvrière) a réussi à galvaniser les manifestants.

Tout avait pourtant commencé mollement, dans le quartier de Bourran, avec 500 à 600 personnes (selon plusieurs syndicalistes) dans ce cortège qui, par un prompt renfort, a doublé de volume le temps d’arriver en centre-ville.

Dans une ambiance comme toujours bon enfant, les manifestants ont pris le départ du quartier de Bourran vers 11 heures pour arriver sur la place d’Armes une demi-heure plus tard après un passage par l’avenue Victor-Hugo. L’occasion, au gré des slogans, de rappeler leur opposition au projet de réforme des retraites pour lequel le gouvernement a engagé sa responsabilité ce vendredi en activant l’article 49.3, qui permettrait de se passer de l’avis des parlementaires. Deux motions de censures ont été déposées par le groupe LIOT (Libertés, indépendants, outre-mer et territoires, centriste) et le Rassemblement national. La première bénéficiera notamment du soutien de la France insoumise, les deux textes seront soumis au vote ce lundi.

« Il faut la censure contre ces ordures ! »

À l’image de ses collègues de l’intersyndicale, Fabrice Massoulié (CGT) espère qu’elle sera votée par la majorité : « Il faut la censure contre ces ordures ! Si cette motion n’est pas votée, il va y avoir des réactions dès le soir, dans toute la France… Il faut rester mobilisés », a-t-il affirmé à l’arrivée du cortège en centre-ville.

« Travailler plus longtemps… Pour qui, pour quoi ? », s’est interrogé Emmanuel Dumas, reprenant : « Il faut arrêter de tirer notre modèle social vers le bas. Mesdames et messieurs les députés, votez la censure ! ».

« À travers le département aujourd’hui, nous avons été près de 3 000, bravo », a ensuite commenté le secrétaire général de FO, à qui la foule a répondu d’une même et forte voix : « On continue ! ».

Les six mobilisations organisées ce samedi dans le département ont ainsi rassemblé un total de 3 000 personnes, selon les comptages effectués par l’intersyndicale.

Les manifestants étaient 250 à Villefranche-de-Rouergue, 800 à Decazeville, 600 à Millau, 200 à Saint-Affrique, 120 à Capdenac-Gare et, donc, près de 1 200 à Rodez. Une « mobilisation intacte malgré la pluie » sur certains des cortèges, analyse David Gistau (CGT), qui explique que l’intersyndicale, désormais, « prépare un énorme 23 mars ». Le rendez-vous est fixé à 14 heures, sur la place d’Armes à Rodez.