« Des dépenses maîtrisées » selon la majorité, « une situation préoccupante » pour l’opposition

l’essentiel conseil municipal. Après le débat d’orientation budgétaire et le vote du budget, l’approbation du compte administratif, qui retrace l’ensemble des mandats et titres de recette de l’année précédente, était à l’ordre du jour du conseil municipal. Sans surprise, l’opposition a voté contre.

Après le DOB et le budget, l’adjointe aux finances Alix Janodet présentait lundi dernier le compte administratif avant de le soumettre à l’approbation du conseil municipal. Comme évoqué lors de précédents conseils, le maire Jean-Sébastien Orcibal a évoqué « des dépenses maîtrisées « , malgré une conjoncture « pas facile » avec notamment «  la hausse des coûts de l’énergie » : « On peut se féliciter de bons comptes  » a relevé le maire, une nouvelle fois appuyé par l’adjoint Jean-Michel Bouyssié : « Le train est bien arrivé à l’heure. Les résultats sont conformes aux éléments provisoires présentés lors du DOB. Nous poursuivons les ambitions, avec notamment un fort soutien au tissu associatif. […] Ce résultat de fonctionnement (+ 1,8 million d’euros) nous permet de garantir un autofinancement pour 2023, et ce, malgré l’inflation. Cela démontre la bonne santé financière de la collectivité.  » Sans surprise, l’opposition n’a pas la même lecture de ces chiffres, évoquant une « situation préoccupante » comme l’a relevé Laurent Tranier : « Ces chiffres confirment ce qu’on avait pu entrevoir, à savoir un dérapage qui se poursuit des finances de la commune. Les dépenses de fonctionnement sont en hausse de 7 %, par rapport à l’année précédente, alors que les recettes sont en baisse de 7 %. C’est une situation très préoccupante. Et puis, vous réalisez très peu votre programme. La réalisation majeure, c’est le pôle culturel, que la précédente équipe avait initié. Je constate que les marges de manœuvre se réduisent, même en allant chercher dans la poche des Villefranchois.  » Le maire lui a rappelé « que la commune n’avait pas augmenté les taux d’imposition « , comme elle s’y était engagée, et que « la revalorisation des bases (+7 % cette année) était due à l’Etat « . « Ce qui montre un budget sain et serin  » a-t-il ajouté.

Pour Laurent Tranier, « l’inquiétude se poursuit  » : « La situation financière était très bonne quand vous êtes arrivés. Or, les exercices prochains seront difficiles. […] Ce résultat positif est artificiel (+1,8 million d’euros), parce que l’emprunt a augmenté. Or, ce qui permet de rembourser la dette, c’est le fonctionnement. Vous n’aurez plus les moyens de la rembourser » (elle s’élève à un peu plus de 12 millions d’euros). Pour le maire, il n’y a rien d’inquiétant dans ces chiffres. « Par rapport à 2018, l’encours de la dette a baissé. Et pourtant, la conjoncture que nous avons n’est pas aussi favorable… « .

Comme pour le compte de gestion, l’opposition a voté contre.