Final 4 de Ligue européenne : MHB – Berlin, le décryptage de François-Xavier Houlet

Pour le consultant handball de beIN Sports, cette demi-finale s’annonce « compliquée » pour les Montpelliérains.

Souvent imité, jamais égalé. François-Xavier Houlet est LE consultant TV handball par excellence. Celui que l’on vient questionner comme on va à confesse, les soirs de finale ou de chocs européens. Son expertise est d’autant plus intéressante qu’un club allemand se dresse face à l’élite tricolore.

Avant d’écumer les salles dans le costume de beIN Sports, “FX” a été joueur. Un grand demi-centre, de Créteil à Montpellier (1994-1996), avant de passer dix ans outre-Rhin, à Gummersbach notamment (1999-2007). Berlin, le futur adversaire du MHB, samedi en demi-finale de la Ligue européenne, n’a donc pas de secret pour lui. À quarante-huit heures du coup d’envoi, autant en profiter.

« Cette équipe a connu un coup de moins bien ces dernières semaines, avec deux défaites inattendues (face à Bergischer et Stuttgart) en championnat. Elle a aussi perdu Paul Drux, son arrière gauche, blessé au tendon d’Achille. En cela, elle ressemble beaucoup à Montpellier qui vit à peu près les mêmes choses (blessure de Diego Simonet et grosses désillusions contre Paris et Nantes). »

Les duels, la clé de cette demi-finale

À l’instar du MHB, le Fusche Berlin a laissé beaucoup de plumes dans la course à la Ligue des champions et se retrouve condamné à l’exploit en fin de semaine. À domicile ou presque – « même sans Flensburg, ce sera l’union sacrée derrière les Allemands » –, les Berlinois partiront toutefois favoris.

« Pour les Montpelliérains, ça s’annonce compliqué, forcément. De leur capacité à remporter les duels dépend le résultat final. » François-Xavier Houlet précise sa pensée, argumente. Au téléphone, on l’imagine en train d’échafauder une tactique sur le tableau noir.

« Holm, Andersson ou Gidsel sont vraiment pénibles. Si vous ne les mettez par sur les fesses, si vous perdez le combat, ils reviennent sans cesse. La situation peut très vite être délicate. »

L’expérience du MHB

L’homme de télé ne condamne pas Montpellier pour autant. L’événement est à double tranchant. Soit il transcende, soit il paralyse. Dans ces moments-là, l’expérience est capitale. « Celle du MHB est importante. Pourquoi le Real, même avec une équipe moyenne, arrive toujours au bout en Ligue des champions ?, interroge-t-il. MHB, rien que le nom, l’entité, peut faire peur. Et puis il y a Patrice (Canayer). En matière d’expérience…  » Difficile de faire mieux.

François-Xavier Houlet rappelle au passage le chef-d’œuvre de 2018. Quand, au lendemain de la perte du championnat du côté de Saint-Raphaël, les Héraultais avaient su réagir lors du Final 4 de la Ligue des champions. « Ils étaient arrivés à Cologne dans une bulle, tellement concentrés sur ce qu’ils avaient à faire, qu’ils ne s’étaient pas du tout souciés du décorum. » Skopje et Nantes en font encore des cauchemars.

Berlin et, espérons-le, Granollers ou Göppingen dans la foulée – « plutôt Göppingen », selon “FX”- sont les suivants sur la liste. Devant sa télévision, François-Xavier Houlet compte bien ne rien rater. Histoire de vérifier si, à 53 ans, il est toujours un consultant avisé.