Neuralink, la start-up d’Elon Musk, pourra tester ses implants cérébraux sur des humains

Neuralink, la start-up de neurotechnologie dirigée par Elon Musk, a annoncé jeudi avoir reçu l’autorisation des autorités sanitaires américaines pour commencer des essais cliniques de ses puces cérébrales chez l’homme.

Publié le :

Publicité

La start-up Neuralink, une des entreprises d’Elon Musk, a annoncé jeudi 25 mai sur Twitter qu’elle avait reçu l’accord des autorités sanitaires américaines pour tester ses implants cérébraux connectés sur des humains.

« C’est un premier pas important qui permettra un jour à notre technologie d’aider de nombreuses personnes », a déclaré la société californienne sur son compte Twitter, précisant que « les recrutements pour les essais cliniques ne sont pas encore ouverts ».

Neuralink conçoit des appareils connectés à implanter dans le cerveau pour communiquer avec les ordinateurs directement par la pensée. Ils doivent d’abord servir à aider des personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques. 

La start-up veut ensuite rendre ces implants suffisamment sûrs et fiables pour qu’ils relèvent de la chirurgie élective (de confort) – des personnes pourraient alors débourser quelques milliers de dollars pour doter leur cerveau d’une puissance informatique.

Pour Elon Musk, ces puces doivent permettre à l’humanité d’arriver à une « symbiose avec l’IA », selon ses mots de 2020, prononcés lors de la conférence annuelle de l’entreprise.

« Nous sommes désormais confiants sur le fait que l’appareil de Neuralink est prêt pour les humains, donc le calendrier dépend du processus d’approbation de la FDA (l’agence chargée de la santé publique aux États-Unis, NDLR) », avait-il indiqué fin novembre sur Twitter, un mois après avoir racheté le réseau social.  La FDA n’a pas immédiatement répondu à une sollicitation de l’AFP.

Concurrence

Le patron de Tesla et SpaceX (exploration spatiale), est un habitué des prédictions hasardeuses, notamment au sujet de l’autonomie des voitures électriques Tesla. En juillet 2019, il avait estimé que Neuralink pourrait réaliser ses premiers tests sur des individus en 2020.

Pour l’instant, les prototypes de la taille d’une pièce de monnaie ont été implantés dans le crâne d’animaux. Plusieurs singes sont ainsi capables de « jouer » à des jeux vidéo ou de « taper » des mots sur un écran, simplement en suivant des yeux le mouvement du curseur à l’écran.

Fin novembre, la start-up avait aussi fait le point sur ses dernières avancées dans la conception d’un robot-chirurgien et le développement d’autres implants, à installer dans la moelle épinière ou les yeux, pour rendre la mobilité ou la vision.

D’autres entreprises travaillent sur le contrôle des ordinateurs par la pensée, comme Synchron, qui a annoncé en juillet 2022 avoir implanté la première interface cerveau-machine aux États-Unis.

« Nous construisons une technologie capable de diffuser directement la pensée des personnes qui ont perdu la capacité de bouger ou de parler à cause d’une maladie ou de blessures », explique Thomas Oxley, le fondateur et patron de cette start-up, dans une vidéo sur son site web. Plusieurs patients testent l’implant, qui a été inséré dans des vaisseaux sanguins, pour pouvoir composer des e-mails ou aller sur Internet grâce à leurs yeux et à leur cerveau.

Avec AFP