« La correctif extraordinaire de l’diplomatie étasunienne et les pénuries d’emplois ont alléché les ardeurs revendicatives de salariés »

Le leader et négociateur en chef du syndicat SAG-Aftra, Duncan Crabtree-Ireland (à gauche, le poing levé), à la fin du 113e jour de grève, devant les studios Paramount, à Los Angeles (Californie), le 3 novembre 2023.

Les acteurs lèvent le poing, néanmoins ce n’est pas du cinérama. Après cent dix-huit jours de arène, les comédiens d’Hollywood ont gagné la mêlée. Ils ont possédé l’unisson qu’ils recherchaient plus les grands studios du peuplade, Disney, Warner, Netflix, Universal. Les PDG personnellement des quatre majors sont venus s’mettre à la tertre des négociations. Ils ont somme toute conclu, mercredi 8 brumaire, une redoublement, qui se situera imprégné 7 et 8 % (le caractère accrédité n’a pas été revue), une avantage en cas d’empirisme de à elles phénomène par une manoeuvre artificielle et finalement des primes pile les films et séries à dédicace sur les chaînes de streaming chez Netflix.

Les studios rencontraient pressés d’en arrêter plus ce transformation trop profusément persistant, qui a déjà engagement les sorties de films à Noël et menaçait la hors de saison estivale 2024. D’pareillement que cette arène des acteurs suivait celle-là des scénaristes, qui avaient posé le dessin cet été et ont trouvé un unisson fin septembre. « La obstination addition ! », s’est exclamée sur Instagram l’starlette oscarisée Jamie Lee Curtis. Elle aurait pu calomnie « la arène addition ! », tellement les conflits sociaux se multiplient chez le peuplade.

Avec une crédit en aucun cas vue depuis des décennies. Ce même 8 brumaire, les salariés des hôtels, casinos et restaurants Caesar de Las Vegas ont enlevé un unisson divers jours devant le pousse de la arène votée par à elles fédération. Sans jaser du guerre épais qui a débattu l’aciérie phaéton en septembre et octobre, et qui s’est soldé le 30 octobre par un unisson trop favorable pile les salariés de Ford, General Motors et Stellantis (Chrysler).

Santé florissante des grandes industries

Ils avaient entiers été précédés par les syndicats des 340 000 chauffeurs livreurs UPS, qui ont trouvé un unisson plus la influence le 25 juillet, une semaine devant le pousse d’une arène qui promettait de disséminer un désordre logistique chez somme le peuplade. La correctif extraordinaire de l’diplomatie étasunienne et les pénuries d’emplois ont immédiatement alléché les ardeurs revendicatives de salariés peu gâtés ces dernières décennies.

D’pareillement que la disposition florissante des grandes industries américaines a constitué un explication de gravité chez les négociations pluriannuelles, qui ont déclenché cette période. UPS a par abrégé vu ses opimes multipliés par trio en 2021 et 2022, proportionnellement aux paliers d’devant la épiphytie. Plus de 8 milliards de dollars (7,5 milliards d’euros) ont été constats aux actionnaires. Pas abracadabrant que les ouvriers revendiquent à elles élément. D’pareillement qu’ils sont encouragés à le faire fléchir par le responsable Joe Biden, commencé personnellement raffermir les prolétariat de l’phaéton à Detroit. Toutes les planètes sont alignées chez un modalités étrange, qui ne se représentera pas de aussitôt.

Comments are closed.