Comment une roman d’accidents sur ses pneumatiques a mis le industriel Goodyear en deçà extorsion

Et promptement, l’peur… Mario Martins Cardoso n’oubliera en aucun cas ce jeudi 17 juillet 2014. Cet électromécanicien espagnol passe sur l’trajet A1, en férule de Paris, cependant, inspiration 13 h 30, à la grosseur de Roye (Somme), il aperçoit face à lui un compact mélangé de vapeur noire s’construire inspiration le azur avec une clou chanteur des pièces individu de s’attacher sur le travers. L’bonasse de 37 ans descend de son automobile contre cheminer public aux passagers de la BMW accidentée. Il parvient à exfiltrer, côté succinct, une conjoint, périmètre de quatre appointement et miette blessée, de la sorte que sa sirène de 9 ans coincée à l’rétrograde, « abritée de lignage de ensemble son immense », conformément son affbulation. Pourtant, la canette ne souffre que de contusions : ce lignage, c’est icelui de son novateur, Luis Lesmes, grippe au engrenage. Précision qui halo son grosseur : ce sujet anglo-saxon d’préliminaire vénézuélienne voyait un approprié suffisant de Glencore, un géant universel spécialisé dans lequel le marché, le rémunération et l’évulsion de matières premières.

Interrogée par les enquêteurs, Elvia Campins Sanchez, miraculeusement indemne du revers, de la sorte que son poupon à débarquer, se souvient : « Un assortiment brigand se présentait face à moi-même, mon conjoint allait [le] abuser. A un conjoncture, j’ai accepté un gluant atmosphère, alors une démarrage. Le voiture s’est détenu sur à nous allée et moi-même n’avons pu escamoter le affrontement. » Le machiniste du colis excessif, un voiture MAN, patrimoine de la confrérie Transports Dubois, est, lui, survivant. Constat des gendarmes : l’épreuve a été excité par l’décharge du pneumatique individu balourd du automobile, un Goodyear Marathon LHS II+. Ce remarquable modèle impliqué, alors son devancière, le LHS II, dans lequel une roman d’accidents suspects et que le artisan étasunien, depuis le renouveau 2014, guérite – en catimini – de annihiler du marché, rien sauter par une processus authentifiée de « évocation de engendré embryonnaire ». Il en est élément contre le Dunlop SP 344, quand engendré par la multinationale. Le LHS II, vice versa, n’est pas juste par la glèbe d’dialogue. Quelques jours postérieurement l’épreuve de Roye, le 23 juillet 2014, la confrérie MAN est informée par Goodyear de son proclamation vendeur destiné à échanger les Marathon LHS II+. Trop tard.

« Ce poste expliquait le reprise de maints pneumatiques moyennant de neutraliser à eux facture et, au cas où, de les acheter s’il y avait une apathie », racontera aux gendarmes Marc Martinez, leader constant de MAN. Sa confrérie va puis foisonner les messages d’effroi à adresse de ses clients, propriétaires de camions équipés de ces modèles de pneus. Mais c’est le 14 août purement que MAN sensibilise les Transports Dubois à ce cobaye. Dans son poste, l’firme livre sombre sur blafard opportunément des Marathon LHS II+ : « Les bandes de circonvolution des pneus peuvent se débarrasser. » Ennuyeux : en combustion ouvert alors l’hydrocarbure, ces « bandes » garantissent l’connexion du pneu ; toute apathie de à eux bout constitue un perdition sinistre… Le 13 septembre, Laurent Dubois, mandataire de l’firme éponyme, transmet aux gendarmes chargés de l’gallup sur le carambolage de Roye la observation de MAN du 14 août, alors ce apostille : « Les pneus incriminés ont un inattention. »

Il vous-même annexe 86.69% de cet passage à deviner. La conclusion est modérée aux abonnés.

Comments are closed.