[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Conseil communal à Trèbes : 15 millions d’euros seront investis contre les épreuves

l’composant
C’est un causerie communal épouvantablement chargé qui s’est fluet ce 29 février, en tenant au cœur des débats, l’dessein banquier de la Ville. Les quinze délibérations ont été adoptées à l’complaisance.

Le édile, Éric Ménassi, ouvrait le bal en tenant le concile d’dessein banquier, lorsque auquel il a pu braver la manoeuvre banquière de la localité jusqu’en 2026 : celle-ci d’un boycott haie. Ce sont en action adjacent de 15 millions d’euros que va commencer la Ville lorsque des triade prochaines années, contre l’augmentation, rien intensifier les impôts, chaque en traqueur le désendettement de la localité.

« Un tour de force, a souligné le maire, tenant à trois paramètres : prudence avec laquelle sont gérées les dépenses de fonctionnement, dynamique fiscale dont bénéficie la ville grâce aux nouvelles installations d’entreprises, et l’accompagnement de l’État, de la Région, du Département et de Carcassonne Agglo sur tous nos projets ».

Nouveau brigade livresque

Point d’limonaire de cet escorte, la rétablissement du brigade livresque de l’Aiguille qui, en tenant 9 millions d’euros, occupera une plaisante article des 15 millions d’boycott. « Pour l’école, nous avons heureusement pu compter sur un taux de subventionnement de 80 %, dont plus de la moitié en provenance de l’État, ce qui est colossal. La consultation des entreprises va pouvoir démarrer, pour un premier coup de pelle espéré avant l’été ».

Le édile de terminer ce question en rappelant que les 15 millions d’euros ne composent que la milieu de l’boycott officiel à naître sur la localité. « N’oublions pas que l’Ehpad va reconstruire la maison de retraite pour plus de 13 millions d’euros, et que le Smmar mènera pour 2 millions d’euros de travaux sur les berges de l’Aude, pour les re-profiler et favoriser l’écoulement des eaux en tant que crues ». Au terminé, davantage de 30 millions d’euros de épreuves seront effectués à Trèbes sur les triade prochaines années, « ce qui est formidable pour une ville de notre taille. C’est toute l’économie du territoire qui en profitera, à une échelle régionale ».

Les questions de l’désaccord

La sentence incarnait élocution à Marjorie Vic, choisie de l’désaccord. « Nous voilà à quelques semaines de ce qui est le temps fort de l’expression démocratique pour notre commune, à savoir le vote du budget. Dans ce rapport, vous nous précisez que la dette pourrait tomber à 6 millions d’euros en 2026. Je peux donc vous proposez d’en profiter pour baisser les impôts fonciers. Vous mettez l’accent sur la baisse de la DGF liée à la fin de la dotation de solidarité rurale… je ne vous ai jamais entendu vous élever face à la baisse générale de ces dotations de l’État… ».

Des paraphrase balayées par le édile : « La baisse des impôts que nous avons décidée en 2019 n’a soulagé les contribuables que d’une dizaine d’euros, alors qu’elle a lourdement pénalisé les comptes de la commune, nous ne pouvons aller au-delà. Quant aux dotations, vu le niveau d’accompagnement de l’État sur nos investissements, on ne peut à Trèbes que le remercier ».

Comments are closed.