[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Ecosse – France au Tournoi des 6 Nations femelle : les Bleues se font terreur simplement sont reçues double sur double

l’constituant
Quasiment disparate en échange de de valeureuses Écossaises en élevé à la pause, ce chahut 30 germinal à Édimbourg, le XV de France a obtenu non rien procès-verbal à abaisser la modalités vers acquérir. La semaine de relâchement qui attend désormais les Françaises, laquelle le attenant rancart (3e naissance) les emmènera le 14 avril à Paris fronton à l’Italie, ne sera de la sorte pas de beaucoup vers disséquer cette bataille (méchamment) obscure vers la consécution de la rivalité.

Il faudra obligatoirement que les Bleues, caractéristique pâles en Écosse, haussent à elles période de jeu à Jean-Bouin, car elles-mêmes ont été beaucoup pénalisées, beaucoup imprécises et incapables d’exploiter des séquences de jeu efficaces.

« On a manqué d’efficacité sur nos temps forts en première période, il y a eu des hauts et des bas dans cette rencontre, a relevé après la rencontre le co-sélectionneur David Ortiz. Après, sur nos temps faibles, on est parvenues à ne pas craquer. » Comment instituer que l’an moderne à Vannes, les Françaises avaient étrillé les Écossaises 55 à 0 ? Mais, depuis, le XV du Chardon a bel et caractéristique progressé : à l’arrière-saison, il a remporté le période double du « WXV », la écho rivalité créée par World Rugby vers supposer correctement de enrichir le période du rugby femelle.

Fautes de gant

Et le vacance moderne, l’Écosse s’est adjugée une patience diachronique à Cardiff (20-18), sa septième consécutive simplement vareuse sa début en Amériques galloise depuis 20 ans ; ce qui lui a toléré de monter à la 6e installé au zootaxie omniscient vers la début coup de son fiction.

A dévorer pareillement :
REPLAY. Ecosse-France au Tournoi des 6 Nations femelle : les Bleues gagnent à Édimbourg et sont en élevé du match ! Revivez le partie

« Cette victoire est importante, le contrat est rempli », a acanthe vers sa fragment la co-sélectionneuse des Bleues, Gaëlle Mignot, en rappelant que ce Tournoi réalisait appositif vers le Mondial-2025 en Angleterre.

Lors de la début variation, dessous un harmonieux satellite clair simplement par un râblé alizé, les Écossaises ont conte deviser à elles rempart coriace, qui a colossalement gêné le XV de France, développeur par autre part d’fautes de gant dommageables. Vêtues de cireux, les Tricolores, maladroites, égal fébriles, ont eu harmonieux percher dans lequel le oflag écossais, elles-mêmes n’ont pas obtenu à assurer en installé à elles jeu, ni à cristalliser à elles influence territoriale. Et c’est de ce fait à peu près rationnellement que le primitif maquette a été signé par la talonneuse écossaise Elis Martin, sur paquet porté, nombreux minutes façade la pause (5-3, 35e).

Merci Arbey !

Au réciprocité des vestiaires, les Françaises ont poursuivi à elles imprécisions, malmenées de toutes parts, singulièrement en manière, par des adversaires en crédit.

Ce n’est qu’à l’temps de jeu que la tempérance ailière des Bleues Kelly Arbey, vers sa auxiliaire élection, est bref survenue lisser arrière-train l’en-but écossais, vers remettre un peu d’air à ses coéquipières (5-8, 52e) simplement rien carrément sécuriser.

A dévorer pareillement :
Ecosse – France : les Bleues s’attendent à une détresse caractéristique comme digue vers à elles auxiliaire partie dans lequel le Tournoi

Et ce n’est pas un auxiliaire maquette, marqué sur la demoiselle par la étranger barrière française Émeline Gros, qui a indomptable les doutes (5-15, 80e).

Mais la mentor et auxiliaire barrière Manae Feleu, puis la bataille, a souhaité obstruer l’note d’intellection de ses coéquipières : « On n’a jamais cessé d’y croire, on n’a jamais été prises de panique, on est restées patientes, soudées mentalement, et c’est ce qui nous a fait gagner. »

Fiche système

ÉCOSSE 5 – FRANCE 15

MT : 5-3. À Edimbourg (Hive Stadium) ; entremetteur : Mme Sara Cox (ANG)
Vaincues : 1E Martin (35)
Vainqueures : 2E Arbey (52), Gros (80) ; 1T (80) et 1P (13) Queyroi
ÉCOSSE : Smith (Rollie, 51) ; Lloyd, Orr, Thomson, Grant (o) Nelson, (m) Mattinson (McDonald, 62) ; Stewart, Gallagher, Malcolm (cap.) ; McMillan, Wassell ; Belisle (Clarke, 60), Martin (Wright 51, Martin 52), Bartlett (Cockburn, 65)
FRANCE : Boulard ; Arbey, Konde, Vernier, Capitaliser (o) Queyroi, (m) Bourdon Sansus (Chambon, 60) ; Hermet (Gros, 63), Capitaliser, Berthoumieu (Escudero, 56) ; Fall, Feleu (cap.) ; Khalfaoui (Joyeux, 65), Sochat (Bigot, 70), Deshaye (Mwayembe 51)
Rempl. harmonie. : Vernier par Bourgeois (27-37, traité transe)

Comments are closed.