[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

JO de Paris 2024 : Teddy Riner « a dû changer des choses » vers imaginer d’un moderne devise olympique

l’crucial
Vainqueur du Grand Slam de Paris en février, Teddy Riner est de réintégration à la affluence ce dimanche à Antalya (Turquie). Il bourgeon sa montage vers les JO de Paris 2024, et espère détacher un charte de élevé de association.

La degré en poigne se bourgeon à quatre salaire des Jeux Olympiques. Quelques semaines ensuite sa soumission au Grand Slam de Paris, Teddy Riner remonte sur les tatamis en Turquie. Son entraîneur Franck Chambily s’est confié sur l’conclusion de règle du Français parmi un entrevue assorti à l’AFP.

 

Les impartiaux sont pluriels à Antalya, alors singulièrement en balance de mire ce charte de élevé de association : « Il a toujours été tête de série, hormis à Tokyo, et c’est quand même plus confortable d’avoir peut-être un tour d’avance et un tirage un peu plus complaisant sur les premiers tours, explique Chambily. Aujourd’hui, il n’est pas dans les huit. Mais s’il gagne dimanche, ça l’amènerait directement dans les quatre premiers. »

A bouquiner en conséquence :
JO de Paris 2024 : lesquelles athlètes hexagonal sont susceptibles d’nature porte-étendard ?

« Il me surprend encore »

C’est particulièrement un balance d’relâche auparavant les Jeux : « Gagner, bien sûr, mais l’objectif est de voir où il en est sur la préparation, son état de forme, poursuit son entraîneur. Voir ce qu’on a mis en place d’un point de vue technico-tactique, revoir son efficacité en judo, c’est ça qui est important. Teddy on l’attend aux Jeux, on ne l’attend pas sur ces tournois. »

A bouquiner en conséquence :
À l’nomination des JO, la Ville de Paris se mobilise aussi le guérilla de rue

Si Riner ne s’excommunication pas de disputailler les championnats du monde à Abu Dhabi (19 – 24 mai), les tournois sont comptés auparavant la dernière pâteuse annuité de sa magouille : « Il me surprend encore, concède son entraîneur. On le sait, Teddy, c’est un gros mental, un gros physique mais ce n’est pas que ça. Il est capable de faire du judo. »

A bouquiner en conséquence :
JO de Paris 2024 : norme, chevelure, adaptation… Comment diagnostiquer les frères Alexis et Félix Lebrun, phénomènes du tennis de laraire

« Par contre, il fallait changer des choses dans son judo, pour masquer un petit peu, pour garder l’efficacité qu’il avait à son top niveau autour de 2012. Teddy avait tendance à faire de grosses attaques en direct et ça, ça a beaucoup évolué. Il faut tout mettre à la sauce 2024 », a concédé Chambily.

Comments are closed.