JO Paris 2024 : « On ne peut pas se déshabiller pour habiller l’équipe de France », Florian Maurice follement cristallin relatif à les joueurs du Stade Rennais pile les JO

Après le non ferme du Real Madrid, Rennes a en conséquence fable acte de vives réticences pile exempter ses joueurs en vue du épreuve olympique de football, parmi le 24 juillet et le 9 août, par la organe de son meneur champion, Florian Maurice, ce mercredi.

Adrien Truffert, Désiré Doué et Arnaud Kalimuendo figuraient sur la dernière compte du trieur Thierry Henry, Januël Belocian avait été mentionné en brumaire et Benjamin Bourigeaud, au blason des joueurs de avec de 23 ans, pourrait dépendre sur le détecteur de la alliance.

Mais, lorsque que l’coupé Julien Stephan trouvait interrogé sur l’particularité de remarquer trio ou quatre éléments convoqués pile les JO, Florian Maurice est intervenu : « Moi j’ai une réponse : non », a-t-il lancé en allègre. L’doyen avant-centre, qui avait disputé la appui en 1996, à Atlanta, envers les Bleus, illustre trio buts en trio matches disputés, a ultérieurement été avec blessant, obligé qu’il s’agissait d’une appui « effectivement fantastique ».

Circonspect, le meneur champion du Stade Rennais l’est. Cependant, l’mission n’est pas de lester les Bleus, qui devraient empressé une brillante reproduction à renifler à résidence cet été. « Évidemment, on fera du mieux possible pour pouvoir aider l’équipe de France, mais il faut que les intérêts soient communs. » explique-t-il, « On ne peut pas se déshabiller pour habiller l’équipe de France ». Refusant de « donner de nombre exact » de joueurs convoqués qu’il trouverait admissible, il a flagrant qu’il « faudra qu’il y ait des discussions, évidemment, avec les dirigeants de ces équipes de France ».

Une temps de façon tronquée

Même son de bâton parmi le entraîneur des Bretons, qui vient de proroger jusqu’en 2026. « Il y a du rêve et puis il y a le concret, le côté pragmatique aussi d’un club, de défense de certains intérêts », a-t-il prononcé. Il a surtout déploré que créature ne semble se chiffonner du « nombre de semaines de récupérations entre les deux saisons ».

La façon pile les JO devrait tenter mi-juin, un traitement postérieurement la dernière naissance de 2023-2024, lorsque que la primaire naissance de 2024-2025 est programmée tout autour du 17 août, une semaine postérieurement la conclusion du épreuve olympique. « Cela impliquerait des vacances réduites et donc un risque pour les mois de septembre, octobre, novembre sur la santé de certains joueurs, donc ça demanderait peut-être quelques aménagements pour qu’ils puissent durer dans la saison », a complété Stephan.

Comments are closed.