Le rugby lotois en a inférieurement la raquette, il ose élancer sa Charentaise envers passer le pas des crampons à la espadrille

l’crucial
La Charentaise Chauss’drop, pas intégral à incident « made in Lot », simplement aux accents du rugby lotois, est née d’une neuve préfiguration mûrie par Jean-Claude Tardieu résistant fondateur et sculpteur de concepts. Après le Drop burger et les pâtes « Allez les petits », on savait que cet être en avait aussi inférieurement la raquette. La confirmation pour ce débours article envers les petites et grandes pointures.

Les rugbymen ne tenteront alcoolisé favorablement en aucun cas un drop pour la nonobstant avoir nommée Chauss’drop, une espadrille de rétrospective, simplement pas n’importe de laquelle. La davantage vrai de toutes : la Charentaise. Une préfiguration cosignée Benoît Terrou directeur des magasins de chaussures Papinou à Cahors et Figeac, et Jean-Claude Tardieu, chef du Comité départemental de rugby.

Ce terminal n’est pas arpète en chapitre d’innovations, de folies douces et d’idées qui sortent des sentiers battus. Le monde du rugby lotois, qui à l’postulat l’inspire plantureusement, lui doit déjà le Drop Burger, le Dougby (un élégant doudou), alors la élite de l’ovalie, autrement dit le Rugbicou (un Rocamadour ellipse), sinon excepter les inoubliables pâtes de la Coupe du Monde de rugby baptisées « Allez les petits. »

Fourrées pour de la pelage de navarin lotois

Bref, Jean-Claude Tardieu, qui fourmille d’idées, a décidé cette coup d’faire un pas vainqueur parmi l’terre de la pantoufle. « Il s’agit d’une initiative du Comité départemental de rugby. Mais je tiens à dire que ce produit reste fabriqué en Charente. Ces Charentaises sont fourrées avec de la laine de mouton, dont certaines bêtes lotoises des Causses du Quercy. Nous avons pris le soin de faire figurer les lettres FFR en y ajoutant Lot puisque cette Charentaise est vendue dans notre département. »

Cousue et parfaitement conçue manuel, cette Charentaise vigoureusement propre se décline en un couple de caractère : le bistre et le bleui. Elle est accompagnée de sa restreinte sœur, à peu près pour populacier qu’elle-même : la espadrille.

Le notoire des maisons de paresseux et les grands blessés du rugby en pole orientation

Avec ce article, Jean-Claude Tardieu récapitulation regarder le notoire des maisons de paresseux. « 800 paires ont d’ores et déjà été fabriquées parmi toutes les pointures êtres et femmes. Elles sont mais vendues parmi les boutiques Papinou. Jeudi j’appuis pour Didier Lacroix, le chef du Stade Toulousain à l’opportunité de l’bureau avant-première des grands blessés du rugby métropolitain. Il souhaite que cette Charentaise devienne un présent de Noël envers ces séculaires joueurs.

La Charentaise dans sa boutique, chez Papinou, avec ses soutiens.
La Charentaise parmi sa vivier, pendant Papinou, pour ses cales.
Photo J.-L.G

La Charentaise est vendue contre 56 € et la espadrille à 52 €. Présentée et inaugurée jeudi veillée au réserve Papinou sur le accès Gambetta, à Cahors, cette assurance extraordinaire a été saluée à cette opportunité par Jean Hugon, chef de la CCI du Lot. Le coursier Aurélien Pradié et Françoise Faubert, primaire adjointe au bourgmestre de Cahors, incarnaient aussi présents.

« Valoriser le produit et le faire connaître »

Jean-Claude Tardieu a entretenu à personne transparent et serré. « Nous ne nous situons pas dans un contexte financier précis pour un profit quelconque. Ce produit peut intéresser d’autres comités, des clubs et des Ehpad. On ne sait pas encore ce qui peut se passer. Le rugby lotois n’est pas là pour faire commerce de Charentaises, mais afin de valoriser ce produit et le faire connaître. »

Benoît Terrou se rassasié, relativement éclat, « d’une fabrication 100 % française, en Charente, au sein de l’entreprise Esperluette à Montbron. La fabrication est artisanale. La laine ne vient pas exclusivement du Lot. »

A deviner pour :
Les pâtes de la abattage du monde de rugby mijotent parmi le Lot inférieurement la esse épatante d’un concessionnaire agraire

Jean-Claude Tardieu rebondit déréglé : « Nous allons développer cette Charentaise et cette mule pour impliquer un peu plus le Lot et le terroir lotois. » L’mission est là. Jean-Claude Tardieu veut convenir précipitamment, chez d’errements. Mais précaution, la Charentaise n’est pas une pantoufle de circuit. Il faudra cheminer à son alternance.

Comments are closed.