[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

L’IA, opposante ou alliée de la affrontement comme le refroidissement météorologique ?

En 2027, l’entente artificielle pourrait terminer 85 à 134 térawattheures (TWh) d’charge, amen une apéritif analogue à celle-là de l’Argentine ou de la Suède ! C’est l’une des principales conclusions de l’analyse « The growing energy footprint of artificial entente », publiée fin 2023 pendant la récépissé rationaliste Joule. Même si ces opportunité doivent dépendre prises en compagnie de des tisonnier accompagnant divergentes observateurs, elles-mêmes ont le vertu de renforcer l’défi progressif de l’enjambée épreuve des modèles d’entente artificielle à l’moment où les moeurs des IA génératives ont explosé (ChatGPT balance désormais 180 millions d’utilisateurs richesse) et où, pendant le même durée, les géants américains ont terminé de proclamer sur la apéritif calorique de ces modèles algorithmiques.

Absence de nitescence

Interrogée sur ce bilan par le localité d’interrogation nord-américain The Verge, Judy Priest, patronne faire de l’primeur et des corvées cloud dans Microsoft, a facilement signalé que l’banque « investit imitation pendant le poussée de méthodologies afin chiffrer la apéritif d’constance et l’impulsion épreuve de l’IA, entier en plaisant sur les fortune de rembourser les grands modèles puis efficaces, aussi au phase de l’engrenage que de de son manipulation… » Meta et Open.AI, l’publiciste de ChatGPT, restent, afin à eux bout, sûrement muets.

L’américain Nvidia, abondant facteur de GPU, ces processeurs graphiques essentiels à l’engrenage des meilleures IA, appendice quand taiseux sur l’enjambée épreuve de ses parasite. « Il y a lors un caverne pendant l’récit du année de vie de l’IA qu’on ne peut pas désaltérer », respect de la sorte Sasha Luccioni, manageur température au mamelle de la startup veste Hugging Face et co-autrice d’une analyse sur l’enjambée biologique de l’IA, pendant une entretien eurythmique à Radio Canada.

Cette indigence de nitescence de la bout des grandes plateformes est extrêmement litigieux balance obtenu de l’herculéen estime des applications détendant sur ces IA génératives, capables de montrer du feuille et des images à sauvagement de serviables demandes en baragouin onde. Ces IA présentent, une tangible clash pendant l’article du quantitatif en sujet de apéritif calorique. En résultat, cependant que les primitifs modèles d’entente artificielle spécialisée capables de affaisser des prédictions, des classifications, ou plus de la projection de textes, subsistaient une apéritif avoisinant des outils digitaux classiques, celle-là liée aux modèles d’IA générative est d’une toute étrange taille.

Une réclamation ChatGPT dix coup puis énergivore qu’une normal affecté

Selon l’Agence internationale de l’constance (AIE), une normal affecté sur Google consomme 0,3 wattheure d’charge, lors qu’une réclamation ChatGPT en consomme environ dix coup puis ! Cet herculéen gap tient à divergentes facteurs. D’abord, les IA génératives doivent s’charmer sur des quantités de opportunité travailleur puis faramineuses que les IA spécialisées. Ensuite, il semblerait que ces IA polyvalentes combinent noblement divergentes étages d’intelligences artificielles expertes, explique Sasha Luccioni à nos confrères du Monde. Ainsi, si ChatGPT subsistait intégré aux 9 milliards de recherches effectuées journellement sur Google, la sollicitation d’charge mondiale augmenterait de 10 térawattheures par an, respect l’assemblée.

D’après l’AIE, la apéritif d’charge de l’IA, des crypto-monnaies et des data centers réunis pourrait redoubler d’ici à 2026, couru de 460 térawattheures (TWh) en 2022, soit peu ou vaguement l’égal de la apéritif électrique en France, à puis de 1.000 TWh. Or, si pendant différents région, dans la France, la floraison électrique est extrêmement décarbonée, à l’comparaison de la astéroïde, lui-même repose plus fastueusement sur les énergies fossiles extrêmement émettrices de CO2, radical gaz manageur du refroidissement météorologique. Ainsi, en 2022, les énergies fossiles ont plus compté afin un peu puis de 60% de la floraison mondiale d’charge, accompagnant les dernières opportunité compilées par le tend de aphorisme Ember.

Des applications qui nuisent à la astéroïde…

Mais, au-delà de sa capable enjambée épreuve, la matière du enclos d’juxtaposition de l’entente artificielle appontage quant à matière. En 2019, la meilleur pétrolière ExxonMobil avait de la sorte annoncé que la programme cloud Microsoft Azure, qui s’stature sur l’IA afin certaines services, lui permettrait d’organiser ses corvées d’éradication et de la sorte scander sa floraison de 50.000 pièces d’égal kérosène par lunette. Dans ce cas réel, l’IA de la industrie de Redmond est lors inéluctablement utilisée afin précipiter la floraison de combustibles fossiles. Dans un entier étrange closerie, le colossal écumoire de la fast façon Shein, décrié afin ses impacts environnementaux et sociaux, s’stature sur des algorithmes d’entente artificielle afin redoubler sans cesse puis instantanément de nouvelles références (vers 7.200 originaux vêtements sont, en norme, ajoutés quelque lunette au récapitulation), exclusivement quant à afin stimuler ses ventes en retardant ses références de dévié extrêmement ciblée sur les réseaux sociaux.

Toutefois, les modèles d’entente artificielle peuvent quant à dépendre utilisés au bonté de la affrontement comme le refroidissement météorologique. « L’impact environnemental de l’IA doit quant à dépendre mis en attention de ses potentiels bénéfices », explication de la sorte le attache rétabli par la sedémener interministérielle sur l’entente artificielle générative à Emmanuel Macron, le 14 germinal final. « Grâce à la qualité d’organiser des progrès complexes, l’IA pourrait autoriser de amoindrir grandement les émissions de gaz à résultat de ajusté pendant de divers secteurs : constance, éclatement, agronomie, cockpit… », écrivent ses auteurs Anne Bouverot et Philippe Aghion.

…et d’contradictoires au bonté de la modification biologique

En France, divergentes greentech se sont d’autre part déjà emparées de cette technologie. Deepki, par idée, utilise l’IA afin apprécier et amoindrir les consommations énergétiques des bâtiments. Même apparition afin la startup Metron, qui achèvement puis surtout l’établissement, le arbitre position le puis partenaire de CO2 à l’comparaison de la astéroïde, ensuite la floraison d’charge et les éclatement. De son côté, Kayrros s’stature sur l’IA afin déceler les fuites de méthane, auxiliaire puis notable gaz à résultat de ajusté lié à l’remue-ménage généreuse ensuite le CO2, exclusivement laquelle le prestige de refroidissement est 28 coup puis notable sur un détourné de 100 ans.

La nouveau bulbe Altaroad, lui-même, utilise l’IA afin participer le position du BTP à organiser la direction des déchets. « Des affaires utilisent quant à l’entente artificielle afin redoubler de originaux matériaux dans Materrup ou plus Lactips, qui crée un sexuel qui remplace le sculpture », faisait de la sorte se monter à Clara Chappaz, présidente de la fonction French Tech, tandis de l’événement Tech For Future, dirigé jeudi final par La Tribune.

La France peut-elle muter « un supérieur de l’IA afin la astéroïde » ? C’est en entier cas ce que préconisent les auteurs du attache, qui appellent à articuler la nitescence environnementale de l’IA, la affecté pendant des modèles à réfutable impulsion et l’manipulation de l’IA au bonté des transitions calorique et environnementale.

Juliette Raynal

Comments are closed.