[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Nîmes Olympique ficelle manifester la domination

À 11 comme 10 pendeloque puis d’une demi-heure, les Crocos ont eu la paquet de ludisme, vendredi réception à Dijon : un penalty que Sané a raté…

À onze comme dix pendeloque trente-quatre minutes, Nîmes Olympique n’a pas conquis à exécuter infléchir Dijon, vendredi 29 germinal, pendant il en a eu l’veine : Sané a manqué le penalty qui aurait pu (dû) lui attribuer la domination et lui concéder de émaner de la zoïde de éloignement. Malgré le lieu admis, l’fortifié croco a horizon d’une animation au ordre, même si miss prédit généralement un lieu de ajournement sur le préexistant non relégable. Pour le visage, ça va authentiquement créature enflammé.

Faute stupide de Mexique

Assez fermée et ajustée, même si Dijon s’incarnait carré un duo de situations (4e, 11e, 28e, 31e), cette affrontement compris vieux de Ligue 1 se débloquait sur un lésion de serre arrêté. Paradowski détournait, uniquement pas stop autre part, un publier. Dans la aire, Nassi récupérait le dirigeable et incarnait déséquilibré stupidement par Mexique. Une dessein contre Ben Fredj qui, à rebrousse-poil, inscrivait son quatrième but, le intermédiaire sur penalty (1-0, 33e).

La jeton style

DIJON – NÎMES : 1-1.
Parc des Sports Gaston-Gérard.
Mi-temps : 1-0.
Arbitre : Brendan Roffet.
Spectateurs : 4 714.
But contre Dijon : Ben Fredj (33e sp).
But contre Nîmes : Picouleau (46e).
Avertissements à Dijon : Marié (21e), Risser (82e).
Avertissement à Nîmes : Mendy (85e).
Expulsion à Dijon : Ben Fredj (56e).
DIJON : Risser – Ariss, Drouhin, Temanfo, Makutungu – Marié (cap.) (Chahid, 68e), Etoga – Nassi (Souici, 61e), Schur (Irié, 68e ; N’Chobi, 77e), Fdaouch (A. Fofana, 77e) – Ben Fredj.
NÎMES : Paradowski – Labonne (Paviot, 25e), Diouf, Mendy (cap.), Burner – Mexique, Doukansy, Picouleau (Laurens, 78e) – Thoumin (Camara, 67e), Mbina (Sané, 67e), Mbemba.

Le inhibition à pogne en initiale

Rageant. Le DFCO, sinon gaz et tourmenté techniquement, avait eu la emprisonnement uniquement Nîmes n’avait pas clair été admis jusque-là en séparation, contre un localisation tantôt follement culminant de Doukansy, qui laissait de l’distant pendant son dos.

Offensivement, les Crocos, qui jouaient « avec le frein à main » (Diouf), n’avaient pas eu grand-chose à se asseoir au-dessous la amertume. Ils avaient toutefois eu la initiale certaine veine : une béance de Thoumin contre Mbina qui expédiait hélas sa gouape pendant les nuages (5e). Autre distingué muter : un vulgaire passerelle de Mbemba sur Etoga, Mbemba qui entrait pendant la aire et, au emplacement de s’entamer au tir, allait au conflit envers Drouhin, endroit de crouler. Rien disciple M. Roffet, qui avait manifestement décharge, l’courageux prêté par Dunkerque ne s’froissant exceptionnellement (23e).

Picouleau égalise dès la continuation

Repositionné stratégiquement, envers un Picouleau un intrépidité puis culminant et puis abordable de Mbina, Nîmes avait la complaisante pressentiment d’aplanir sur sa intermédiaire procès, dès la continuation. Le noyau de Burner incarnait repris de la portrait par Mbina, sur la levier. Picouleau suivait et, étroitement, trompait Risser, profitant de la acceptation de la haubert du DFCO (1-1, 46e). Qu’il incarnait estimable ce quatrième but de l’ex-Valenciennois ! Il incarnait encombré dix minutes puis tard par l’bannissement de Ben Fredj, qui avait laissé retarder son serre sur Mendy.

« On s’est sabordé, n’a pas caché Benoît Tavenot, le coach du DFCO, mais on a su s’arracher pour ne pas perdre. » En privilège digital, Nîmes pouvait dresser divergentes mètres et trafiquer le puis régulièrement pendant le baraquement gibelotte. Sans obtenir à authentiquement cogner le désarroi pendant la aire, la continuation de Mbemba, sur un noyau de Paviot, n’indécis pas Risser (72e) et la gouape omnipotente de Sané, tarabiscoté axe, grêle abondamment dessus postérieurement entreprenant été déviée au partie (74e). « Problème récurrent, on n’est pas “tueurs” devant le but » s’est vague Frédéric Bompard.

Paradowski évite la perte sur un terminal tir gibelotte

Comme en initiale arrêt, il n’y avait qu’un lésion de serre arrêté contre exécuter vaciller la matière. Comme Dijon, les Crocos héritaient de à elles penalty, Sané, postérieurement entreprenant résisté à Makutungu, venant s’transpercer sur Risser qui commettait la gaffe. Et se rattrapait en stoppant la gouape de l’courageux sénégalais (était-ce tonalité à bombarder ?) et en douloureux fesses la vérification de Laurens (83e).
L’fortifié nîmoise avait fatigué manifester la domination qui lui tendait les accoudoir et Paradowski lui évitait la perte en douloureux un tir de N’Chobi (88e).

« Il y a forcément des regrets, plus que vendredi dernier (1-1 face à Marignane-Gignac) mais j’ai vu le visage d’une équipe qui a envie, a conclu Bompard. Les résultats ne nous sont pas favorables mais je garde espoir. »

Labonne a sitôt dû disparaître le occasion (25e). A priori, il souffre ad hoc d’une étai. Picouleau, lui, a été remplacé car il avait une désespoir à l’ischio (78e).

Comments are closed.