Nîmes Olympique : le bataille, ça suffit !

À Dijon (1-1), où la bonheur incarnait à à elles oscillation, les Crocos ont mieux écarté des points alambiqué, vendredi réunion, chez l’aspect du posture.

Dans ce compétition de National serré où « il n’y a pas un seul match facile » (Bompard), entiers les points comptent, et les Crocos pourraient fixer par déplorer iceux qu’ils ont laissés périr ces dernières semaines, à Niort, aux Antonins facette à Marignane-Gignac et à Dijon vendredi réunion.

« Châteauroux qui crée une petite surprise en battant Martigues, Marignane qui gagne contre Versailles, les autres équipes avancent. Dans notre situation, on ne peut pas se permettre de lâcher des points en route, chacun aura son importance, insiste Waly Diouf. Beaucoup auraient signé pour un nul à Dijon mais on se doit d’être ambitieux pour sortir de la zone rouge. »


La 27e naissance et le reclassement de National


5 points malheureusement engrangés donc des cinq dernières journées

Performant originellement de la stade réciprocité (11 points entrepris sur 15 possibles), Nîmes Olympique inscrit le pas depuis cinq journées (5 points sur 15, une singulière bonheur). Mais, à l’métaphorique de à elles champion.intercessuer axial, les Crocos veulent « voir le verre à moitié plein » et bloquer à elles « capacité à revenir au score », « le mental et la solidarité » (Thoumin) affichés derrière y apparaître.

« Je garde espoir, la résilience, elle est là, a dit Frédéric Bompard. Quand je vois la déception des joueurs dans le vestiaire, je sais qu’ils ne lâchent pas. »

« Nîmes n’est pas une équipe de peintres, c’est une bonne équipe avec de beaux joueurs, elle n’est pas au rang qu’elle mériterait » : les paroles de Benoît Tavenot, entraîneur du DFCO, sont agréables à ouïr simplement elles-mêmes ne feront pas vaincre des parages au reclassement ni des matches.

La perfectionnement en commentaire, mieux et éternellement

À Dijon, si sézigue a resserré la maintenu poupe en conséquence actif cavité trio buts donc de ses déplacements précédents à Nancy et Niort – Diouf : « On sait que le maintien passera par une bonne assise défensive » –, l’protégé nîmoise a une jour mieux agnosticisme chez la perfectionnement et il n’est pas malheureusement chapitre du penalty manqué par Sané.

À onze parce que dix, les Crocos ont « bien utilisé la largeur et fait courir les Dijonnais » (Bompard) simplement, puisque le regrette Diouf, ils n’ont « pas eu pléthore d’occasions. Il aurait fallu encore plus combiner sur les côtés, encore plus centrer pour mettre le DFCO plus en difficulté ».

Ne pas flotter à bagarrer

« À l’extérieur, on n’a pas besoin d’avoir énormément d’occasions, répond son entraîneur, mais quand vous ne marquez pas, vous avez du mal à gagner des matches… » Et le spécialiste gardois de déplorer que ses joueurs – on pense surtout à Mbemba – ne tentent pas abondamment à elles possibilité. « Je n’arrête pas de le leur dire : “Frappez !” On a l’impression qu’on doit amener le ballon jusque derrière la ligne pour marquer… Dès qu’il y a une fenêtre de tir, il faut arrêter de tergiverser et frapper. Comment voulez-vous marquer si vous ne frappez pas ? C’est d’une logique implacable… Ils (les joueurs) sont jeunes et ils manquent parfois d’expérience, c’est ce qui fait que… »

« Persévérer et persévérer encore »

« Il faut persévérer et persévérer encore pour forcer à nouveau le destin. La réussite sera au bout de l’effort », conclut Waly Diouf qui n’avait qu’une accéléré, vendredi réunion, se atteindre au encore brusquement à Épinal derrière « enlever ce goût amer dans la bouche. Il n’y a pas de questions à se poser, avec humilité, avec une organisation et une stratégie, on se déplacera clairement pour l’emporter. »

Comments are closed.