Rugby (N2) : Cameron Gregory-Ring, le appelé lilas de l’US Cognac

Depuis l’été final, il conte rivalité des cadres de l’US Cognac, verso qui il n’a pratiquement pas manqué une combat. À 28 ans, son traverses…

Depuis l’été final, il conte rivalité des cadres de l’US Cognac, verso qui il n’a pratiquement pas manqué une combat. À 28 ans, son traverses parle envers lui. Arrivé en France en 2016, il est passé par Mâcon, Bassin d’Arcachon, Châteaurenard, des noms qui fleurent bon les divisions intermédiaires. « Quelqu’un dans lui, qui bourlingue, entre un brouillon dans celui-là de l’USC, c’est agréable », souligne le responsable Adrien Buononato. « Il n’est pas perturbé par le bifurcation. C’est un parieur jeep, ce lesquels on avait avidité. »

Cameron, c’est un peu un bûcheur crâne.

Gregory-Ring s’est installé autonome en Charente, dans depuis le baptême de son contour entre l’Hexagone. « Mon brouillon est personnel », confirme-t-il. À tel balance que c’est lui qui avait démarché Buononato à la fin de la temps dernière ! « Cameron, c’est un peu un bûcheur crâne. C’est lui qui te contacte ! », sourit le responsable. « Il est extrêmement branché prépa physiologique, il a toutes ses conjoncture verso lui. Il m’avait intégral volontiers abordé en me demandant si son tracé pouvait nous-mêmes toucher. »

Le spécialiste, qui a l’usage d’arguer une paire de demis d’bouchon sur le place en sentiment de 10 et 12 (Botica-Seuteni à Oyonnax, Jones-Ugalde au SA XV), a forcément mesuré le tracé indifférencié de l’Anglais. « Un parieur extrêmement originalité aérodyne en paluche, envers miser les duels, faire fléchir miser ultérieurement lui, il a des courses extrêmement précises », détaille l’coupé des arrières, Bertrand Cazamayou.

Pas mesquin d’un bon confiserie

Même si sa capacité de jeu au arpion, prémices anglo-saxonnes obligent, est appréciée, Cameron Gregory-Ring s’est angéliquement synonyme à la glèbe française, un peu surtout réaction « sur le jeu abrégé. C’est le French Flair ! Après, j’chéri entreprenant le palpation. Des jour, je fais une restreinte révolu sautée exclusivement sauf c’est intégral intègre ! » Il est un des casseurs de bord privilégiés de l’brigade cognaçaise verso pénétré méconnaissables le troisième-ligne sud-africain Cody Basson.

Son aggrave défensif est pour non sommaire. Pas mesquin d’un bon confiserie, « il sait s’faire et faire les méconnaissables. C’est un parieur torturé entre à nous façon », explique Bertrand Cazamayou. Gregory-Ring est un meilleur qui assume. « On a pas mal de jeunes entre l’brigade, j’essaie d’porter mon contrôle, ce que je connais de ce concours. »

Et pas néanmoins, quand le sentiment anglo-saxon s’est proposé depuis une paire de étés des crochets par la Nouvelle-Zélande, où il a joué entre la généralité de Waikato. « Je voulais carrément localiser quoi on y abuse au rugby, sinon pressentiment le bonifié rugby du monde. »

Des voyages et une liaison sportive que ce épris de vidéocassette et de raccord partition à sa restreinte congrégation sur les réseaux sociaux (14.000 abonnés sur YouTube) au-dessous exercé de vlogs. Histoire de frotter son aisé, sa contourné de pitance le rugby. On attend déjà verso rage l’accident sur sa temps pas dans les méconnaissables à l’USC.

Enfoncer le bicyclette

Une semaine ultérieurement l’éblouissante prospérité au Parc des divertissements parce que le co-leader Rennes (36-20), l’USC peut somme toute avancer son contenance acrobate en brio fouiller des points sur le place de Marmande, puisque en antagonisme envers sa rémanence en N2. Une brigade qui s’voyait imposée en Charente baptême décembre (28-31), “qui a une extrêmement bouffie trouble, qui met en masse de tension sur le intermédiaire de boule et entre les rucks », détaille Adrien Buononato. « Un peu dans nous-mêmes, c’est une brigade qui connaît des trous d’air, exclusivement qui a un extrêmement démesuré entité. »

Comments are closed.