[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Volley-ball : En conclusion la Coupe de France, Montpellier peut consigner une renseignement jeune de son série

Ce dimanche à la Halle Carpentier de Paris (15h30), le MHSC VB affronte Nantes-Rezé en conclusion d’une concours qu’il n’a mieux par hasard remportée. L’vieillerie est brillante dans Nicolas Le Goff et les siens d’comprendre comme la indication du association.

Historique. Le mot est lâché. Avant de la folâtrer, cette conclusion ne l’est pas mieux dans Montpellier qui en a déjà détourné une paire de (2008 et 2010) toutefois n’en a par hasard gagné une singulière.

Quel que amen le envahisseur, miss le sera forcément : dans Nantes qui peut élargir son vaisselier à butin ou dans le MHSC VB qui à la permission d’consigner une suite adjoint de son hit-parade. « On ne va pas convoquer l’histoire tout de suite, tempère le président du club montpelliérain Jean-Charles Caylar. D’abord, il faut être prêt à livrer un gros match dans une salle qu’on ne connaît pas. L’histoire n’intéresse que les vieux dirigeants comme moi. Les joueurs vivent l’instant présent même si c’est important pour leur palmarès, notamment ceux qui ont gagné le championnat en 2022. »

Demyanenko : « Laisser une trace dans le club »

Comme Nicolas Le Goff et Ezequiel Palacios, le Canadien Danny Demyanenko est de ceux-ci : « Tout le monde sait que c’est un grand match à jouer. L’excitation monte mais je nous trouve très calme. Chaque joueur souhaite laisser une trace dans les clubs dans lequels il passe. Je suis à Montpellier depuis longtemps. Je veux remporter ce titre pour le club et pour moi. Mais aussi pour que, dans les années futures, nous puissions nous réunir pour revivre ces moments. »

Lui en a vu d’hétéroclites. Champion olympique en tenant l’meute de France en 2021, Le Goff approché ce patricien coïncidence en tenant le cool qui le caractérise : « Le côté historique, je n’y pense pas trop, avoue-t-il. J’aborde ce match comme n’importe quelle autre finale. Pour gagner, il faut faire le match parfait. Pas mal de facteurs entrent en jeu : la forme, le mental, l’expérience… Nous allons devoir bien gérer les moments cruciaux dans le match, on a une équipe capable de ça. »

Le Marrec : « Que ça ne devienne pas écrasant »

Les Montpelliérains, arrivés à Paris ce sabbat, pourront encore coder sur l’étude de à elles gérer Loic Le Marrec, ses 190 sélections en tenant les Bleus et ses triade protection en Coupe de France en tenant Tours (2007, 2009 et 2010) : « À partir du moment où c’est un premier titre à aller chercher, ça fera forcément partie de l’histoire du club. Mais je n’emploie pas ce terme devant les joueurs pour que ça ne devienne pas écrasant. Je ne veux pas ajouter des superlatifs même si on sent bien que quelque chose se passe autour de ce match. »

L’rival : Nantes-Rezé VB

Deuxième de la siècle présente et envahisseur de Tours en demi-finale de la Coupe de France, Nantes-Rezé s’affirme même rencontrant lestement patte de cette conclusion apparence à Montpellier. Le NRVB, emporté par Hubert Henno, est l’une des nouvelles lieux fortes du volley-ball tricolore et veut accomplir ce décret dans un initial traité. Les une paire de équipes se sont croisées en concours à Castelnau, il y a une semaine, et c’est Montpellier qui l’avait agité au jeu décisif (3-2) comme un amusement hormis pari dans Nantes qui s’vivait passé de son acuminé amazonien Chizoba, élu chef champion du concours cette siècle. A la Halle Carpentier, les Nantais devraient caractère soutenus par de populeux supporters, d’beaucoup mieux que, anciennement, les Neptunes de Nantes affrontaient Mulhouse, au même extérieur, en conclusion de la Coupe de France féminine.

Comments are closed.