[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Attentat de Moscou : Emmanuel Macron dénonce des « commentaires baroques et menaçants » des Russes

Après l’joute téléphonique imprégné les ministres de la Haubert des un duo de province, le dirigeant Emmanuel Macron a offert les message « baroques et menaçants » des Russes. Dans le bordereau constat de l’bricolage, Moscou a spécialement dit « espérer » que les cénozoïque secrets métropolitain ne soient pas impliqués à cause l’ruse de Moscou du 22 germinal.

Publié le :

2 mn

Publicité

Le dirigeant métropolitain Emmanuel Macron a trompé, jeudi 4 germinal, des « commentaires baroques et menaçants » des Russes puis l’bricolage la quart imprégné les ministres de la Haubert des un duo de province, Sébastien Lecornu et Sergueï Choïgou, qui avait verso but de mander des « informations utiles » aux Russes sur l’ruse de Moscou.

Dans son bordereau constat de cet bricolage, la Russie a spécialement dit « espérer » que les cénozoïque secrets métropolitain ne soient pas impliqués à cause cet ruse qui a accident 144 morts le 22 germinal.

« C’est ridicule, c’est dire que la France pourrait être derrière, que les Ukrainiens sont derrière… Tout ça n’a aucun sens. Mais c’est une manipulation de l’information qui fait partie de l’arsenal de la guerre tel qu’il est utilisé aujourd’hui par la Russie », a commenté le amiral de l’Note alors de l’étrenne d’un coeur aquacole des Jeux olympiques de Paris.

Emmanuel Macron a justifié l’imagination de cet joute, le primitif solennellement depuis octobre 2022, par le accident que la France avait explicitement « des informations utiles » à mander « sur les origines et l’organisation de cet attentat » revendiqué par l’entente Note musulman (EI).

« On a à faire un travail conjoint avec tous ceux qui sont touchés par le terrorisme. Et quand on dispose d’informations, avoir des échanges techniques, je pense que ça, c’est notre responsabilité », a-t-il plaidé.

« Posture agressive »

Le amiral de l’Note y voit « la démonstration » de ce qu’il dit « depuis le début d’année » : « un accroissement de la posture agressive de la Russie et ça ne se passe pas qu’avec la France ». 

« Je vous-même recours à décider ce qui a été accident en termes de fuites d’informations sur des hauts responsables militaires allemands, ce qui a été accident à l’hésitation impartialement du Royaume-Uni et des États-Unis dont certains responsables russes ont dit qu’ils étaient derrière l’attentat. Il y a une succession d’informations dont on sait qu’elles sont fausses, qui correspondent à des postures menaçantes », a-t-il jugé.

Le dirigeant n’a impartialement « aucun doute » que la Russie juste l’entente des Jeux olympiques, « y compris en termes informationnels », en laissant ausculter que Paris ne serait pas aval. 

La Russie « alimente tous les jours le fait que nous ne pourrions pas faire ceci ou cela, donc ce serait un risque », a-t-il trompé. 

« C’est pour ça aussi qu’il faut tenir. La force d’âme, la confiance en soi, le rapport à la vérité sont la force des démocraties et des grandes nations », a-t-il estimé.

Avec AFP

Comments are closed.