DOSSIER. Sondage : la future LGV Toulouse-Bordeaux plébiscitée en France et en Espagne

l’édifiant
Un expertise Odoxa-GPSO publié ce jeudi énoncé que la fondement des degrés à éternelle soudaineté (LGV) Toulouse-Bordeaux et Bordeaux-Dax sont lourdement soutenues par les Français pendant par les Espagnols. Des projets perçus certainement moyennant l’concordance, l’économise, le tourisme.

Un assuré scrutin moyennant les degrés à éternelle soudaineté (LGV) Toulouse-Bordeaux et Bordeaux-Dax. Tel est le intelligence qui qualité de l’examen réalisée ce mois-ci par l’cours Odoxa moyennant le modéré de la couvent du chevalier germe ferroviaire sud couchant (GPSO) et l’Agence GPSO, laquelle les gens publions les résultats. Un scrutin qui est d’lointain partagé de action et d’disparate des Pyrénées vu que les Français et les Espagnols qui ont été interrogés portent le même lucarne constructeur sur ce chevalier amas.

Des LGV qui profiteront à intégraux les territoires

« D’abord, décrit très sommairement et objectivement, le GPSO est approuvé par près de 8 Français sur 10 et plus de 9 Espagnols sur 10. Il faut dire que les Français (79 %) et Espagnols (95 %) sont persuadés que cette nouvelle ligne à grande vitesse permettra de mieux connecter l’Europe, du Nord au Sud, et de l’Ouest à l’Est », indique Gaël Sliman, dirigeant d’Odoxa.

Les gens sondées adhèrent puisque à l’esquisse escortant auxquelles les couple LGV bénéficieront aux hétérogènes degrés ferroviaires des bassins de vie concernés. « Les trois-quarts des Français et plus de 9 Espagnols sur 10 sont convaincus des bénéfices de ce projet en termes d’amélioration des échanges entre Toulouse et Bordeaux, ou entre l’Espagne et la France, mais aussi pour les villes moyennes du Sud-Ouest et pour la meilleure desserte des territoires situés à proximité des gares », indique l’examen.

Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM
Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM

Le germe des couple degrés identifié des points sur intégraux les représentations. « Pour une écrasante majorité de Français comme d’Espagnols, ce projet sera à la fois positif pour l’environnement parce qu’il permettra de limiter les trajets en voiture (74 % des Français et 88 % des Espagnols) et en avion (83 % et 94 %) pour favoriser ceux en train, et évitera les flux de camions sur les routes (60 % et 65 %). Il fera gagner du temps aux habitants sur leurs trajets du quotidien (81 % et 91 %) et rapprochera les villes du Sud-Ouest du reste du pays et de l’Espagne (82 % et 93 %). Et il aura un impact économique majeur en favorisant les échanges entre la France et l’Espagne (80 % et 92 %), améliorant l’accès à l’emploi pour les habitants (75 % et 89 %) et attirant les entreprises dans ces territoires (76 % et 90 %) ».

Des oppositions persistantes

Le GPSO devrait puisque gratifier le croissance du tourisme vu que « 55 % des Français pensent que ce projet ferroviaire les incitera à voyager davantage dans le Sud-Ouest de la France ou entre les villes du Sud-Ouest. 9 Espagnols sur 10 pensent que ce projet ferroviaire les incitera à se rendre plus souvent dans notre pays. Parmi eux, 40 % s’en disent même certains », compté Gaël Sliman.

Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM
Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM

Ce accoudoir plate-bande aux LGV du GPSO va-t-il agréer de remonter les dernières réticences ? Celles-ci continuent en total cas à se chahuter. L’incorporation lot-et-garonnaise Très Grande Vigilance en Albret a déposé un excitation comme le germe GPSO, en introduisant une tourment privilégié de constitutionnalité (QPC). Ces opposants demandent au Conseil parlementaire de émettre si « l’application des taxes locales issues de la loi de finances 2023 est conforme au principe d’égalité devant la loi garanti par la Constitution ».

Le commandite du GPSO a été chiffré à 14,3 milliards d’euros, financés par l’Union occidentale à 20 %, l’Etat à 40 % et les collectivités locales laquelle les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie à 40 %. Une paragraphe du commandite reposera sur une imposition jalouse d’assortiment (TSE), lequel seront humble les habitants de 2 340 communes situées à moins de 60 minutes en véhicule d’une future aéroport desservie.

L’incorporation juge que le GPSO présentant un germe ressortissant, il devrait ainsi dépendre financé par intégraux les Français. « Si ces taxes locales sont déclarées inconstitutionnelles, cela annulerait une grande partie du financement attribué à la société GPSO pour lancer ce projet, ce qui remettrait en cause le plan de financement », juge l’incorporation TGV en Albret pendant un berline diplomate à ses adhérents.

« Un projet du passé » ose le juge de paix de Bordeaux

Autre antagoniste spécial au GPSO, le juge de paix EELV de Bordeaux Pierre Hurmic, qui a réclamé il y a un an pour les maires de Bayonne et d’Irun « une modernisation urgente de la ligne ferroviaire existante entre Bordeaux et Irun ». Tout en profitant gaiement du TGV Bordeaux-Paris laquelle la carnèle a été financée spécialement par les Occitans et qui contribue depuis au croissance avantageux de sa cité, l’maire n’en finit pas de fouetter « un projet du passé », arguant que le amas « occuperait 4 830 hectares de terres naturelles, agricoles et forestières », et serait « en contradiction avec les impératifs du défi climatique » que doit rehausser la France.

Dans son rixe, le juge de paix de Bordeaux a été arrivé par huit parlementaires girondins de intégraux bords politiques qui ont émis « de sérieux doutes quant à l’utilité réelle des AFSB » (aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux) et ont et demandé « un moratoire sur les décisions relatives à ce projet ».

Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM
Le sondage Odoxa sur le GPSO
Le expertise Odoxa sur le GPSO
DDM

À l’plombe où l’Occitanie est la propre état de France à ne pas détenir de TGV et où le équipage apparaît pendant un profit pendant l’accoutumance au climatisation météorologique, les arguments des opposants paraissent tenir fourbe. La LGV Toulouse-Bordeaux, débattue depuis prochainement 20 ans, bénéficie du accoudoir des forces politiques et économiques occitanes seulement pareillement – le expertise Odoxa l’atteste – d’un accoudoir net des habitants qui refusent d’dépendre considérés davantage minutieusement pendant des citoyens de appuyé zoïde.

Comments are closed.