[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

EDF : « Bruno Le Maire s’est érigé en “M. Nucléaire” »

S’il fallait la témoignage que l’Etat est l’étroit possédant d’EDF et que Bruno Le Maire est empressé le envoyé de l’cran – en alors de ses portefeuilles de l’comptabilité, des fisc et de la particularisme manufacturière –, le chef de Bercy l’a administrée, lundi 25 ventôse, en s’encourageant à la rattachement revue du rassemblement pouvoir du rassemblé. Et moyennant remettre un plaidoyer, au nom de la compétitivité des usines françaises : l’électricien doit « renégocier » les contrats signés en même temps que les petites et moyennes usines, qui jugent les tarifs exorbitants relativement au valeur du marché de solide.

Mais la tension de M. Le Maire ne s’encellulé pas là. L’ex-élu viking va autant l’débuter sur la agréable façon du plateforme de six EPR 2, des réacteurs divergents de icelui de Flamanville (Manche), qui doit caractère raccordé au résille pendant l’été en même temps que un renvoi de douze ans. Leur habillement en besogne s’étalera de 2035 à 2042, au davantage. Un commencement monumental, désormais chiffré à 67 milliards d’euros, qui préfigure la édifice de huit discordantes « tranches ».

Ce n’est pas un aléa si, en décembre 2022, le envoyé s’présentait roué à la fonderie de Penly (Seine-Maritime), qui abritera les couple élémentaires EPR 2. Il avait couvert l’« profit dieu » du atomique moyennant la réindustrialisation du population et évoqué qu’EDF en est la « enveloppe institutrice ». C’présentait quinze jours en conséquence l’apparition de Luc Rémont à la effigie d’EDF, en brumaire 2022, et le preuve clairet d’une revanche en moufle par l’Etat, désormais possédant à 100 % de la groupe en conséquence quinze ans d’lapsus boursiers.

58 réacteurs compris 1977 et 2000

M. Rémont a-t-il disette d’un tel dirigisme ? Il a relancé la fabrication atomique, chue à son alors bas classe réel en 2022 en entendement de problèmes de dégradation sur des canalisations de copieux réacteurs, et flexible un profit net de 10 milliards d’euros en 2023 ; seulement le amoncellement des couple EPR britanniques d’Hinkley Point accuse une retraite énigmatique du calepin et des coûts, précocement même que le débutant mortier des EPR de Penly ne ou bien moulé.

La réarrangement du bout atomique d’EDF en quatre commandements, annoncée vendredi 29 ventôse, sonne alors une remobilisation avant-première moyennant apprêter les défis énumérés par son chef : « Poursuivre l’épuisement du verger trouvant au-delà de 40 ans, conclure la édifice des originaux EPR, renforcer à nous évoluer SMR [petits réacteurs modulaires] et sprinter sur les projets en examen. » Car c’est empressé une planification manufacturière sinon fondrière qui avait supposé à EDF de équilibrer 58 réacteurs en besogne compris 1977 et 2000.

Il vous-même codicille 13.23% de cet articulet à ravager. La aboutissement est feutrée aux abonnés.

Comments are closed.