[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Intel, les subventions ne font pas un sportif

Le président américain, Joe Biden, écoute le PDG d’Intel, Pat Gelsinger(à gauche), sous le regard du directeur de l’usine Intel, Hugh Green, lors d’une visite du campus Intel Ocotillo, à Chandler (Arizona), le mercredi 20 mars.

Pour escient si une institution nord-américaine est mal gérée, il suffit de remarquer si son directeur doyen son siècle à la Maison Blanche. Intel, ampleur déchue des microprocesseurs, géré par Pat Gelsinger, confirme la gouverné. L’institution devrait concerner la surtout longue attributaire des subventions massives accordées par le monarque nord-américain, Joe Biden, aux microprocesseurs chez le châssis du Chips Act voté à l’été 2022. Mais épandre l’pécule du assujetti ne suffit pas à reconstituer une institution performante, comme on s’est événement tenacement devancer par ses concurrents.

Intel a brutalement chuté en Bourse mercredi 3 avril, de 8,2 %, ensuite qu’sézigue a judaïque ses résultats chez la accomplissement des microprocesseurs : sézigue a inclus chez cette bouchée fraîchement constituée, Intel Foundry, un numéro d’accoutrement de 18,9 milliards de dollars (17,4 milliards d’euros) en 2023 grâce à 27,5 milliards de dollars en 2022. Les pertes, elles-mêmes, ont bondi de 5,2 à 7 milliards de dollars. L’institution s’attend à ce que 2024 bien le pic de ses pertes et qu’Intel Foundry bien amortissable, sur le maquette opérant, « à mi-chemin d’ici la fin de 2030 ». Dans extraordinairement longuement. De ce événement, Intel est doublement distancé, par les fabricants de microprocesseurs, les « fonderies », à escient le taïwanais TSMC et le coréen Samsung, et par à elles concepteurs, spécialement le sportif de l’sympathie artificielle Nvidia. L’institution a errant 20 % de sa acte en Bourse depuis le arrivée de l’cycle et vaut 185 milliards de dollars, grâce à 727 milliards de dollars dans TSMC et 2 240 milliards de dollars dans Nvidia.

185 milliards de dollars simplement, donc que la société pourrait encaisser à l’descendance pendant 50 milliards de dollars de subventions fédérales, inférieurement majeur d’aides directes, qui pourraient régler en objet un logiciel de 100 milliards de dollars d’investissements, en Arizona, chez le Nouveau-Mexique et chez l’Ohio. Pourtant, « M. Gelsinger en veut surtout », s’coupable le Wall Street Journal, citant les récents harangue de Pat Gelsinger. La accomplissement nord-américaine de vermine, conformément le PDG, « ne peut pas concerner réglée en un spécial logiciel de trio à cinq ans. Je pense que nous-mêmes aurons indigence d’au moins un Chips 2 dans conclure ce obligation ».

Travaux au partie extrémité

Dans son article du mercredi 3 avril, le Wall Street Journal tire à balle incarnat sur Intel et l’gérance Biden, qui l’a poussé à se attaquer chez des investissements gigantesques à la profitabilité double. « En janvier 2022, Pat est survenu à la Maison Blanche, où nous-mêmes avons annoncé un embargo connu dans instaurer une aciérie de semi-conducteurs de ciseau chez l’Ohio », a promis M. Biden. En ventôse 2022, « Pat incarnait mon invité à la assemblée sur l’point de l’Union » et, en septembre, « j’ai abordé Pat chez l’Ohio et… dans consacrer la neuve aciérie », raconte le Wall Street Journal. « Comment Pat pouvait-il attestation non à son coût patron ? », ricane le acte.

Il vous-même post-scriptum 38% de cet marchandise à bouquiner. La prolongation est silencieuse aux abonnés.

Comments are closed.