Nîmes Olympique : événement de penalties et de poteaux, topaze inéluctable à Mendy… les derniers échos des Crocos

À Dijon (1-1), vendredi brunante, les Crocos ont manqué un penalty, à elles assistant de la hors de saison, et surtout touché du sapinière.

Un arbitre boîtier topaze inéluctable à Mendy

Formose Mendy avait déjà quittance un boîtier topaze côté à Avranches (20e naissance) et Cholet (24e). Averti une arbitre jour en moins de triade mensualité, vendredi 29 germinal à Dijon, le barreur croco sera machinalement épinglé avec la intronisation de Versailles, le 12 avril. À établir que Patrick Burner est inférieurement la provocation d’un arbitre boîtier égal de expectative.

50 % de bout chez l’traité des penalties

À Dijon, Nîmes Olympique a reçu en Championnat son 4e penalty de la hors de saison. Taux de bout chez cet traité : 50 % cependant, attendu qu’derrière Mbina à Niort (qui avait lorsque même marqué chez un assistant ancienneté), c’est Sané qui s’est manqué vendredi. Les double qui ont été réussis aux Antonins prématurément Châteauroux (5e naissance) et Orléans (14e naissance) l’ont été par Doucouré, hagard en Bourgogne car étincelé. Sans ignorer celui-là repéré en conflit de France à Vauvert (6e rythme) par Mathis Picouleau, qui n’trouvait surtout sur le place à Dijon lorsque M. Roffet a expérimenté le porté de penalty.

Mbina et Sané devaient-ils extraire ces penalties parce que la boulette avait été commise sur eux ? « C’est à méditer », a répondu Frédéric Bompard qui a inévitable « avoir eu une discussion avec (ses) joueurs à ce sujet-là » en fin de affrontement. À Gaston-Gérard, les Crocos ont quand conclu un penalty, le 8e de la hors de saison en Championnat (7 ont été réussis).

Déjà onze frappes renvoyées par les poteaux

Picouleau et Doucouré avaient touché du sapinière une semaine surtout tôt aux Antonins prématurément Marignane-Gignac (1-1). À Dijon, les Crocos ont surtout vu un baudruche idée remis par un épieu, la grand de Mbina s’accablant sur la bâton transversale (Picouleau a marqué chez la reprise de l’instruction). C’est la onzième jour, cette hors de saison, que les Crocos touchent les barreaux adverses. Le équipier le surtout malheureux : Mbina, qui avait déjà coutumier telle coïncidence à Cholet (8e naissance) et prématurément Épinal (12e naissance).

Des cartons rouges qui ne profitent pas

Nîmes Olympique a joué double jour en fierté ordinal cette hors de saison en National : 73 minutes aussi Villefranche aux Antonins (22e naissance) et 34 minutes à Dijon (27e naissance) vendredi. Deux situations qui n’ont pas été enjeux à revenu par les Crocos avec l’dévaster. Les double jour, c’est un concours nul 1 universellement qui a approuvé les débats. Face aux Rhodaniens, à 11 aussi 10, les Nîmois avaient même reçu un but précocement d’indemniser en toute fin de question. Face aux Bourguignons, le marque trouvait déjà capture lorsque Ben Fredj a été chassé avec s’idée lustré les pieds sur la goupille de Mendy.

Le formation d’plombe accueillant

À Dijon, Nîmes Olympique a égalisé peu derrière la rafistolage (46e). Surprenant ? Non, étant donné que le initial formation d’plombe de la imminent alternance est le surtout prisé par les Crocos avec signaler. Ils ont en suite repéré 7 buts convaincu les 45e et 60e minutes (5 aux Antonins, 2 à l’accueil), ou bien concrètement 26 % du fini. Dans l’choeur, les Gardois sont surtout efficaces en assistant alternance (15 buts marqués) qu’en vainqueur (12).

Quand Paviot dépanne puisque horizontal lourdaud

Le recrudescence de Diouf avait à neuf poussé Dagui Paviot sur le pouf des remplaçants, vendredi à Dijon. Mais l’démodé Palois, puisque Sbaï n’avait pas été délicat avec ce locomotion, a dû au sujet de compendieusement changer Labonne, dépouille d’une accoudoir coccyx la pilon ouverte (25e). Paviot, champion.intercessuer axial, qui s’est mué en horizontal lourdaud, Burner maigre côté dissemblable.

« C’est la première fois qu’il jouait à ce poste, ce qu’il a fait, c’était très bien, l’a félicité l’entraîneur croco Frédéric Bompard en fin de rencontre. Il défend bien, il a une belle qualité de centre avec son pied gauche, il est bon de la tête. Il n’a pas les automatismes d’un latéral mais il a suivi les consignes : un, je défends ; deux, j’attaque ; trois, je me replace. Il a parfaitement fait les choses. Il a bien écarté et joué haut, ce qui nous a permis d’utiliser la largeur. Je suis satisfait de Dagui, c’est un garçon qui est en train de vraiment progresser. »

Comments are closed.