[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Paris-Roubaix 2024 : « C’est une blague ? », Mathieu van der Poel ne comprend pas l’implantation d’une discuté façade la Trouée d’Arenberg

l’formant
Dimanche 7 avril, 121e livre de Paris-Roubaix comptera 55,7 km de pavés, le parfait le comme assistant depuis trente ans, envers particulièrement un paragraphe par la Trouée d’Arenberg, qui possèdera une manière modifiée cette période.

Difficile de rouler limitrophe. À plusieurs jours du arrachement de Paris-Roubaix, le section de l’implantation d’une discuté façade la réel Trouée d’Arenberg divise. « Nous avons reçu une demande notamment du syndicat des coureurs cyclistes qui réclament une solution pour ralentir la vitesse à l’arrivée sur la Trouée d’Arenberg », expliquait hiératique Thierry Gouvenou, le chef de la circuit. Mathieu van der Poel ne semble nonobstant pas y concéder.

Is this a joke? ? https://t.co/WkkUe2YC5U

— Mathieu Van der Poel (@mathieuvdpoel) April 3, 2024

Ce mercredi crépuscule, le gagnante de l’livre 2023 s’est exprès sur le filet sociable X. « C’est une blague » a caractères le Hollandais en repostant une vidéodisque immersive remarquable le récent commerce que devront plagier les coureurs dimanche 7 avril façade l’acceptation pour ce féerique place aérolithe.

A engouffrer encore :
Paris – Roubaix : « Il faudra être très prudent… », conséquemment il faut s’aspirer à une circuit menaçant cette période

« On ne modifie pas le parcours. C’est juste une petite virgule dans le parcours », a confié Thierry Gouvenou. Une « virgule » qui imposera aux coureurs de détourner la discuté et pourrait pardonner la atrophie de la promptitude des coureurs de 60 à 35 km/h contrecoup aux nombreuses chutes recensées ces dernières semaines sur les routes.

Comments are closed.