[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Paris-Roubaix 2024 : « Les coureurs sont sacrément traumatisés ! » Comment les organisateurs veulent apaiser la effroyable chemin d’Arenberg

l’caractéristique
La Reine des classiques cyclistes, prévue ce dimanche 7 avril, comptera cette cycle 55,7 km de pavés, le exhaustif le mieux séide depuis trente ans. Parmi desquelles un emplacement sans cesse singulièrement redouté par les participants.

Les organisateurs de Paris-Roubaix ont annoncé mardi 2 avril prévoir à l’officialisation d’une subtilité à l’hall de la réputé chemin d’Arenberg quant à enrayer le escouade dimanche 7 et éluder une éboulis plus icelle qui a gravement bancal Wout Van Aert pendant A flanc la Flandres.

« Le principe est de trouver des virages avant la trouée d’Arenberg pour allonger le peloton et le faire freiner. On estime qu’on peut diviser par deux la vitesse. Normalement, ils arrivent à 60 km/h. Si on arrive à les faire rentrer à 30-35 km/h ce sera moins risqué. Ce n’est pas encore validé mais on devrait avoir des réponses rapidement », a confirmé le principal de la promenade, Thierry Gouvenou, alors de la aveu du circuit mardi.

A manger contre :
Cyclisme : Van Aert faute quant à le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, on en sait mieux sur sa entaille

Cette subtilité, étroit à l’hall de cet apparence tactique et fantastique de la Reine des classiques, répond à une interpellation du fédération des coureurs en conséquence la éboulis effroyable mercredi pendant A flanc la Flandre.

Plusieurs coureurs sont niaisement tombés, lesquels le Belge Wout van Aert, souffrance de pluraux fractures à une clavicule, à sept côtes et au sternum. « En ce moment les coureurs sont sacrément traumatisés, a souligné M. Gouvenou. Je leur ai écrit que ça (la chicane) pouvait poser des soucis, notamment parce qu’il y aurait un coup de frein plus important. On m’a répondu : ‘On préfère freiner fort au risque de chuter sur du goudron plutôt que d’entrer dans la trouée d’Arenberg à 65 km/h’. »

A manger contre :
Cyclisme : extrémité de Tijl De Decker à 22 ans, le virtuose de Paris-Roubaix Espoirs vivait pendant le faiblesse depuis mercredi

« La demande me paraît tout à fait logique parce que j’ai personnellement fait Paris-Roubaix douze fois en tant que professionnel et à chaque fois que je suis arrivé là je me suis demandé comment j’allais ressortir. Quand on arrive ici, on joue un peu à la roulette russe », a-t-il accessoire.

Longue de 2.300 mètres, la chemin d’Arenberg, parage exactement sauvegardé et peine aux véhicules, est un haut-lieu de Paris-Roubaix, où de grouillant coureurs ont châle toutes à eux illusions sur une éboulis. D’pareillement que l’publication 2024 de l’Enfer du Arctique promet des moment « compliquées » quant à les coureurs sur des secteurs pavés (29 au exhaustif) follement glissants, infect et humides.

A manger contre :
VIDEO. Paris-Roubaix 2023 : la follement lourde éboulis du Gallois Owain Doull, percuté par un curieux hardi

« On voit que c’est extrêmement délicat. Il y a énormément de boue encore. On s’y attendait avec la météo de ces derniers mois et c’est vrai qu’aujourd’hui, c’est sacrément glissant et piégeux. Lorsqu’on parle de la légende de Paris-Roubaix, on est en plein dedans », a loyal le principal de la promenade.

« Si la course avait lieu aujourd’hui, ce seraient vraiment des conditions extrêmes, a-t-il expliqué. On annonce encore deux jours de pluie et de la chaleur après. Ça va peut-être sécher un peu. Mais on ne pourra pas passer tous les secteurs pavés à la brosse à dents. Il restera des flaques d’eau et des sources vont continuer de couler. »

A manger contre :
Cyclisme : Van der Poel remporte l’publication 2023 du Paris-Roubaix en conséquence un comble improvisé

La 121e publication de Paris-Roubaix, au futur de la promenade femmes qui n’empruntera pas la chemin d’Arenberg, comptera 55,7 km de pavés, le exhaustif le mieux séide depuis trente ans, quant à une distinction de 259,9 km.

Comments are closed.