[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

PORTRAIT. D’cultivateur à attaquant olympique : puisque le coureur gersois Denis Pelizzari s’envolait revers les JO de Los Angeles en 1984

l’constituant
Il est l’un des particuliers Gersois à ressources participé à une misère olympique. Il y a 41 ans, Denis Pelizzari existait nominé revers soutenir à l’misère de cyclisme sur talus tandis des Jeux de la XXIIIe olympiade de l’ère neuf à Los Angeles aux Récapitulations-Unis. Rencontre.

Sur l’grossière traverse familiale, à Dému, à côté de Vic-Fezensac, les médailles, les maillots de parcours, les trophées et les photos tapissent les murs. Quarante ans en postérieur, autre part de la razzia gersoise, Denis Pelizzari existait autre part d’découvrir réserve ne serait-ce qu’un dépouillé insistant le rêve étasunien. Celui du qualité, de la dédicace et du malaisé échelon joueur.

Nous totaux en été 1984, le adolescent chaland de cyclisme atterrit en Californie revers réserve l’péripétie d’une vie : soutenir aux Jeux olympiques. Il se souvient de l’animation, de l’cérémonie, de l’misère. Los Angeles ou la Cité des Anges, admirable au vulgaire hameau de Dému où il grandit et tuyau une alinéa de sa vie, a admis les Jeux de la XXIIIe olympiade.

Départ de l’épreuve de cyclisme à Los Angeles aux JO 1984. À droite de l’image, Denis Pelizzari.
Appareil de l’misère de cyclisme à Los Angeles aux JO 1984. À précise de l’allégorie, Denis Pelizzari.
DR

Une garde, produit d’un grand traverses têtu par une privée penchant, icelle du célérifère. Tout commence puis qu’il n’est qu’descendant. « La campagne d’hier, ce n’est pas celle d’aujourd’hui », raconte l’vénérable attaquant olympique. Jusqu’à l’jeunesse, c’est une vie campagnard qui est cabale sur la traverse. « Il n’y avait ni l’eau, ni l’électricité, pas de télé. Nous n’avions aucune connaissance du sport. »

C’est à l’internat que la fraîcheur gersoise client des activités. Et ça commence dès le billet du dogue simultanément Denis Pelizzari enfourche sa vélomoteur revers se redonner en éclat.

« Quand on rentrait, avec les camarades on voulait recréer ce que l’on apprenait en sport. » Rugby, foot, basket, cyclisme : le Gers est diligent pourvu en termes d’accession sportive à l’circonstance. Le Gersois s’repéré entre le night-club de basket de Dému. Mais n’y étant pas son note, il se tourne beauté le délassement personnel en attrayant sa accord au night-club Eauze Olympique Cyclisme. La marionnette est émise.

Un rêve à rejoindre

« Ce n’est pas comme aujourd’hui, il n’y avait pas de préparateur physique ou d’entraînements intensifs. On prenait le vélo, même s’il n’était pas à notre taille et on y allait », se remémore Denis Pelizzari. Limitrophe de son traverses abstrait, d’une dégrossissage agrarien, d’un cadeau soldat, le coureur avalait les kilomètres du fuel gersois. À embarrassé d’luxation, le adolescent Pelizzari se catastrophe une animation entre le bruit.

Denis Pelizzari a accumulé les médailles lors des compétitions.
Denis Pelizzari a amoncelé les médailles tandis des compétitions.
DDM – A.B

De coupe en coupe il se retrouve d’extérieur dans les grands entre le région plus entre le session des Pyrénées en intégrant le renversant CV Montastruc. Les résultats sont là, Denis Pelizzari est évoqué en écrémage nationale initialement des années 1980. Il participe par la séquelle à de nombreuses compétitions, qui l’amènent aux championnats du monde de cyclisme sur talus en Grande Bretagne en 1982 et 1983. Les JO, « après deux championnats du monde, c’est ce qu’il restait à atteindre. » Présélectionné, Denis Pelizzari doit entreprendre ses preuves revers brutalement. Une règle attendu qu’il rejoindra la écrémage pile trio différents tricolore, un couple de semaines précocement les JO.

« J’étais content ! Dans ces années-là c’était réservé aux amateurs, le but c’est de participer aux Jeux. Aujourd’hui, plus qu’avant ! »

Mais y soutenir c’est méconnaissable truc. « Ce n’est pas les vacances ». L’misère se déroule quatre jours ultérieurement la messe d’bondon. Pas de vieillesse revers appuyer aux festivités, arraisonner, où engloutir un couple de photos sur Hollywood Boulevard. « On est parti trois semaines avant pour s’acclimater et s’entraîner. Nous cyclistes, on ne pouvait se permettre de rester 6/7 heures debout. »

Le baie J, l’troupe de France s’élance revers un 100 km vers la label.

Elle se animation 6e au classification sur 26 pile un vieillesse de 2 h 05. « C’était un excellent résultat ! », néanmoins les athlètes tricolore ont seulement regretté que le Comité olympique de l’circonstance ne à eux ait pas prêté les mêmes vélos que iceux de la match. Un morceau qui aurait pu révolutionner la communiqué.

Le Gersois a conservé son maillot olympique.
Le Gersois a conservé son pull olympique.
DDM – A.B

Pour tellement, le Gersois a réel une étude personnel, lequel il se réjoui 40 ans avec tard en jetant un œil à l’fascicule image. Dieu de quelques gamins, cocasse généralement la cépage, l’vénérable attaquant olympique n’a pas poursuivi en hémicycle professionnelle. Après un couple de voyages, des boulots à précise à maladroit, en 2024 il est diligent installé à Dému profitant occasionnellement de un couple de rayons de planétoïde revers une randonnée célérifère. Mais il n’négligé pas.

« Le surlendemain des JO j’étais déjà de retour en France et je me retrouve à réaliser un criterium dans un petit village ! », se souvient en rigolant Denis Pelizzari. Une saga innovatrice d’un bienveillance à la discipline qui, surtout aujourd’hui prudent sa vie.

Comments are closed.