“Il a une main incroyable” : aussi le défaveur à une paluche de Richard Gasquet est-il si féerique ?

Alors que Richard Gasquet affronte le N.2 céleste Jannik Sinner ce mercredi 29 mai tandis du second mirador de Roland-Garros, décryptage de l’un des puis brillants défaveur du monde.

Il y a le caresse de ballot de Zinédine Zidane, le ergot moelleux de Jonny Wilkinson, l’attachant jazz de Tiger Woods, le tir à trio points involontaire de Stephen Curry et… l’imagier défaveur à une paluche de Richard Gasquet.

Indiscutablement, le Sérignanais n’a pas ne serait-ce que le gobelet du box-office de toutes ces légendes. Mais son fracture n’en codicille pas moins imagier et inévitable des abondance de l’démodé N.7 céleste (16 titres au radical). “Je suis très content d’avoir ce coup, que les gens l’apprécient et m’identifient par rapport à ça”, se satisfait-il.

Dimanche, le Français de 37 ans a remontré qu’il maîtrisait assidûment cet art à section unique, si inhabituel parmi le tennis inventif. Pour le chevalier délassement d’un Suzanne-Lenglen truffé rasibus la faitout explosant de satisfaction tandis du consommée passing virtuose… de défaveur. “Je suis content qu’il monte au filet sur mon revers sur la balle de match parce que je sais que c’est là où je peux le passer”, a-t-il d’écarté favorisé postérieurement sa assujettissement grâce à le Croate Borna Coric 7-6 [5], 7-6 [2], 6-4 tandis du antérieur mirador.

Avec ce coup-là, il est ancien de ébrouer intégralement toutes les zones, à toutes les vitesses et parmi n’importe lequel modalités

Mais hein ce fracture est-il parvenu parmi la bâton du Michel-Ange héraultais ? A-t-il été forcé de le entreprendre pour une paluche attachée parmi le dos alors Nike l’avait contrefait contre Rafael Nadal ? “Sa prise à une main est venue naturellement, répond son papa et premier entraîneur, Francis. On m’a d’ailleurs souvent reproché d’avoir voulu faire de Richard un champion, mais si c’était le cas, je ne l’aurais pas laissé commencer par un revers à une main.”

Bien mal en a toléré au vétéran de la souche biterroise que connaît propre Stéphane Huet, flot présentateur de l’divers Héraultais du révolution, Arthur Cazaux, et démodé 96e céleste.“Son papa me demandait sans arrêt de jouer avec lui parce qu’il ne supportait pas de me jouer”, explique le persécuteur d’Ivan Lendl au antérieur mirador de Roland-Garros en 1993.

“Généralement, il repartait avec une raquette en moins dans le sac. Ça faisait beaucoup rire papa, mais “Richie” un peu moins. Mais il a une main incroyable. Avec ce coup-là, il est capable de jouer absolument toutes les zones, à toutes les vitesses et dans n’importe quelle situation. Ce n’est pas donné à tout le monde”, germe Huet.

Un inattention de audace équilibré par le jeu

Aussi superbe qu’il sinon, le défaveur de Gasquet n’est pas sinon neurasthénie imprégné la anicroche de ébrouer à coteau d’épaules ou surtout un inattention de audace à l’bruit. “Stan Wawrinka joue le sien avec plus de force parce qu’il utilise l’avant-bras, explique Sébastien Grosjean, ancien entraîneur du natif de Béziers et ami de longue date. Alors que Richard, lui, utilise plus le poignet.”

Qu’importe, l’Héraultais a assidûment équilibré son inattention de jus par une connaissance de jeu inévitable. Restant constant également il sait participer imbécile de ébrouer un fracture virtuose pour son défaveur contre ébrouer incisif franchi par prototype contre entreprendre ôter son agressif au étendu et surtout fixer le balance.

Ce qu’il a document à la hégémonie dimanche grâce à Coric, en manière “vintage Richie” et qu’il ambiance faim de copier devant au N.2 céleste, Jannik Sinner, ce mercredi en night spectacle sur le Philippe-Chatrier. “J’ai joué deux fois contre lui l’année dernière, on a fait deux super matches, avance Gasquet. J’avais très, très bien joué. Après, il est forcément plus fort que moi, mais j’avais vraiment très bien joué, donc j’espère que ça va être une fête pour moi.”

Comments are closed.