Access-match Grenoble – MHR : “Entretenir une forme de confiance réciproque entre les uns et les autres”, hein le MHR doit atteindre le dispute psychologiquement

Raphaël Laurin, formé du master “Psychologie du sport et optimisation de la performance” de l’collège de Bourgogne, est budget sur les points trousseaux de la agencement mentale, devanture ce dispute inaccoutumé.
 

Préparation du dispute

“La seule chose qui compte pour un entraîneur et pour un collectif de joueurs, c’est de se centrer sur un projet, sur des certitudes. C’est d’entretenir une forme de confiance réciproque entre les uns et les autres. Parce que ces matches-là, ils se jouent toujours sur des moments clés.”

La cinématique

“Globalement, il y a quand même deux équipes qui se présentent avec une expérience qui est plus ou moins négative. Ils ont vécu quelque chose qui les a affectés. J’imagine que les mecs de Grenoble, qui ont perdu la finale de Pro D2, alors qu’ils avaient déjà perdu l’année d’avant, doivent être touchés, tout comme les Montpelliérains qu’on n’attendait pas ici.”

Montpellier privilégié ?

“C’est la grosse erreur à ne pas faire. Je ne pense pas qu’ils puissent se projeter comme ça, ils savent bien qu’ils peuvent y passer. J’imagine mal un coach leur dire : “Les mecs, vous êtes favoris, vous allez les défoncer”. Ce n’est pas possible.”

L’influence des leaders

“Je pense que dans des moments chauds, le rôle du leader est prépondérant. C’est un regard sur un mec, c’est une tape sur les fesses, et puis tu repars en avant. Il y a quelque chose qui se passe, qui te laisse penser que ça peut le faire, et que ça va le faire… Dans les équipes qui tournent, en général il y a 2-3 papas, et puis il y a quelque chose qui transpire à travers eux, qui fait que tout le monde puise là-dedans.”

Comments are closed.