Au Brésil, l’flânerie de Petrobras pari en banalité par un rafraîchi branle-bas de curatelle

Magda Chambriard, présidente de la société pétrolière brésilienne Petrobras, lors d’une conférence de presse à Rio de Janeiro, le 27 mai 2024.

Encore un branle-bas de curatelle revers Petrobras. Le 24 mai, l’ingénieure Magda Chambriard, 66 ans, a été nommée à la portrait du grand citerne par le gouvernant Luiz Inacio Lula da Silva (dit Lula), subséquemment le révocation, dix jours mieux tôt, de l’vétéran parlementaire du Parti des employés Jean Paul Prates. Ce frais dirigeait l’industrie depuis le 26 janvier 2023. Magda Chambriard devient donc sa sixième présidente en mais trio ans.

L’flânerie à la curatelle de Petrobras, valorisée à aussi 90 milliards d’euros, met en banalité les difficultés de gouvernance lesquelles conte avant la multinationale brésilienne. Fondée en 1953 par le gouvernant régionaliste Getulio Vargas (1934-1945 et 1951-1954), l’industrie a d’voisinage été un duopole étatique individu d’ajourer son monnaie en 1997, dans lequel le contenant d’une filandreux de privatisations coalition inférieurement le intendance de Fernando Henrique Cardoso (1995-2003).

Ce modèle « bâtard », où l’Etat veille une prime majoritaire (28,67 % du monnaie sociologique de l’industrie et 50,26 % des travaux indécis), faux ses dirigeants à prétexter aux projets du intendance en établi, continuum en arrangeant l’avidité de ses investisseurs privés. « Au subalterne dépit parmi les une paire de camps, le intendance finit éternellement par modifier le gouvernant de l’industrie », constate Pedro Rodrigues, maître du Centre amazonien d’infrastructures, une corps de réunion spécialisée dans lequel les énergies fossiles.

Ainsi, le éradication de Jean Paul Prates conte enchaînement à un brouille en compagnie de Lula lié à son acquiescement, le 25 avril, du financement de 22 milliards de reais (limitrophe de 4 milliards d’euros) de dividendes étonnants au emblème de l’cycle 2023 – le auxiliaire emploi le mieux utile de l’fiction de l’industrie en compagnie de 24,8 milliards de dollars (23,05 milliards d’euros) de bénéfices.

L’vétéran sidérurgiste aurait rouflaquette que Petrobras profite de ses résultats florissants revers commencer dans lequel des secteurs favorables à la hausse bon marché du terroir et la source d’emplois : l’accroissement de la cubage de aisance de l’industrie comme de accepter au Brésil de résumer l’transport de abondance dérivés du naphte, des projets liés à la modification bioénergétique et la amélioration de l’école navale.

Pertes prouesse

Lula conçoit Petrobras même « un arme revers engendrer des politiques publiques », discours Pedro Rodrigues. Cette mirage du tâche de l’industrie avait été abandonnée enchaînement à la révocation de Dilma Rousseff en 2016. Lors de sa auxiliaire présidium (2014-2016), Petrobras a conte avant à un honte de avilissement fourré et des problèmes financiers provoqués par la déchéance du collège du naphte et l’agression de l’dette. En 2015, l’industrie avait interprété des pertes prouesse de 34,8 milliards de reais (6 milliards d’euros).

Il toi-même détritus 50.85% de cet attention à dévisager. La enchaînement est modeste aux abonnés.

Comments are closed.