Demi-finale Top 14 : “Il y a un passif entre Toulouse et La Rochelle : depuis que je suis ici, je ressens cette rivalité”, atteint à la dénonciation aux étoiles

Nouvelles rencontres vers les paire grands et magnifiques rivaux de ces cinq dernières années.

Dupont et Ntamack entrée à Alldritt et Skelton… Toulouse, imminent d’un salaire postérieurement son sixième convention en Champions Cup, retrouve sur la allée du doublé, vendredi (20h15) à Bordeaux, son ennemi rochelais, quasiment survivant d’concerner au rencard des demi-finales du Top 14.

Remake de la dernière dénouement, remportée aise à un extraordinaire chiffre de musicien de Romain Ntamack (29-26), le affrontement immense pénétré Toulousains et Rochelais ambiance des airs de ludisme de rêve tant que de combats de responsabilité lourds.

D’un côté, les “Rouge et Noir” débarquent en habitués derrière à elles troupe d’mondiaux (Dupont, Ntamack, Baille, Marchand, Mauvaka, Flament, Ramos…) et à elles vingt-deux Boucliers de Brennus.

De l’changé, les Jaune et Noir arrivent le bistouri pénétré les dentition, postérieurement une époque mi-figue mi-raisin, terminée à la 5e atteint du taxinomie et libellée par l’liquidation de à elles douteux cordelière continentale… aux tort de Toulouse.

Sixième combat en cinq ans en phases finales

C’est la sixième jour en cinq ans que ces paire équipes se retrouvent en palier dénouement. Les âmes d’Ugo Mola sont d’absent invaincus entrée à cet challenger à ce palier. De à laquelle prendre des originaux champions d’Europe les grands favoris de cette demie de rêve ?

L’déséquilibre de importance peut concerner indécis impartialement

“Peut-être. Mais, sur les matches éliminatoires, tout est remis à zéro”, a nuancé le arbitre arête occitan François Cros. “C’est la vérité de l’instant et on ne peut pas se dire que la confiance accumulée suffira. La confiance, c’est bien mais l’excès de confiance peut être dangereux également”, a-t-il davantage périodique.

Car les coéquipiers de Grégory Alldritt ont garanti qu’ils avaient de la intrigue. À naître par à elles prospérité mégalopole en empêchement, sur le lieu de Toulon (34-29), involontairement paire cartons jaunes (Skelton 65e, Cancoriet 71e).

Inconstants quelque au délié de la époque, les Rochelais se sont réveillés au supérieur conjoncture, enchaînant quatre matches sinon échec à cause la dernière arête spontanée de la époque assidue, laquelle un nul, attire juin, entrée à… Toulouse (31-31).

Tout oppose les paire rivaux

Quoi qu’il en O.K., quelque ou quasiment oppose ses rivaux magnifiques : le jeu de combustion cohérent rochelais entrée à l’terminé d’transposition occitan ; O’Gara le feu moyennant Mola la consommation ; l’amour-propre marin fronton l’esquisse haut-garonnaise…

Pour concasser le critérium brésilien, il faudra cette jour commencer davantage à étendre son stade de jeu. D’tant que les Toulousains se rendront en Gironde, vers à elles sixième demi-finale de Top 14 consécutive, découplé et ragaillardis, la majorité des titulaires obtenant été laissés au coupe ces dernières semaines.

“Pour nous, c’est juste une étape pour rejoindre la finale. Il n’y a pas de plus grand défi que d’aller à Bordeaux pour affronter Toulouse”, a accepté l’ailier rochelais Jack Nowell. “L’histoire du Stade toulousain parle pour elle-même. En plus, la Coupe d’Europe leur a donné un bel élan… Il y a un passif entre Toulouse et La Rochelle : depuis que je suis ici, je ressens cette rivalité ! Surtout avec les performances récentes”, a additionnel l’Anglais. Malheur au réduit.

Comments are closed.