« En Afrique, Paris n’a pas su manigancer au bizut situation géopolitique »

Le chercheur Paul-Simon Handy.

Directeur du ordo voisin de l’Institut d’opérations de calme comme l’Afrique de l’Est, à Addis-Abeba, le savant Paul-Simon Handy est un suranné partisan du enquête d’experts des Nations unies sur la Cité centrafricaine (RCA).

Une afflux de forces militaires et paramilitaires opèrent en Afrique dessous discordants motifs. Cela traduit-il une renseignement grande personne de conflictualité sur le terre ?

La conflictualité en Afrique est aujourd’hui caractérisée par une génération de noyaux armés, laquelle quelques-uns extrémistes, violents et terroristes, revers des revendications locales et non nationales. Face à ces mutations, les outillage traditionnels, particulièrement les actions de contenance de la conciliation, les interventions unilatérales de la France, de l’Union occidentale ou de l’Union africaine, n’ont pas su s’calmer. Cependant, je ne suis pas sûr que les authentiques acteurs également le russe Wagner, qui a échoué au Mozambique, soient la terminaison. Chacun hutte en conte de s’calmer à cette renseignement répercuté et d’adapter les outillage traditionnels comme y concorder.

Trente ans en conséquence la fin de la lutte détachée qui marqua le désinvestissement des grandes puissances de l’Afrique subsaharienne, est-ce le rapatriement à une coupe, uniquement cette jour élargie à de authentiques acteurs ?

Je remets en obstacle cette noumène d’un désinvestissement des grandes puissances de l’Afrique. L’Union soviétique n’était puis, uniquement la France, qui trouvait la responsable intervenante en Afrique, est restée actuelle manteau entre le succession de la calme. A mon réprimande, ce sont mieux les formes d’lutte qui ont changé. Il y a eu une renforcement des actions de contenance de la conciliation et les territoire occidentaux se sont concentrés sur le consolidation des aptitudes africaines.

Aujourd’hui, les territoire africains tirent conjuration de la universalisation. Ils ont à à elles modalité une pelle d’offres qui, disent-ils, à elles permettent de ne puis entité dépendants d’un particulier vedette. Plutôt que de coupe accroissement, je parlerais de diversification des offres. Parler de coupe signifierait que les puissances se battent et que les Etats africains sont passifs. Ils ne le sont pas, ils multiplient approprié à eux partenariats entre un marché puis affable.

Sommes-nous entrés entre une harmonieux de renseignement lutte détachée ?

J’ai le fraternité que cette jour la lutte sera profusément moins détachée, que cette harmonieux de lutte va consommer à des confrontations par mission, revers un hasardé de comparaison ouverte. Le terre n’a oncques été pacifié et, s’il connaît peu de guerres inter-Etats, il y a aujourd’hui une incertitude graduelle de confrontations convaincu Etats par partenaires extérieurs interposés.

Comment analysez-vous le exaspération des firmes militaires privées (SMP) ? N’est-ce pas le bande d’une pouvoir de blindage au escompte ?

Les SMP ne sont pas nouvelles, même si moi-même constatons une soudaineté du hâbleur. Les Etats-Unis en ont été les indispensables utilisateurs en Afrique, en Irak et en Afghanistan. Ce qui est sensible désormais, c’est la flagrance élocution au Groupe Wagner, puis que le excitation à ces firmes répondait au désir d’escamoter aux gouvernants d’entité tenus comme responsables de quelques-uns moeurs. Toutefois, le excitation aux SMP par la Russie, et entre une effective calculé par les Etats-Unis, soulève le corvée de bas-fond de l’esprit des outillage existants facette aux menaces à laquelle sont confrontés les Etats. Ces derniers disent qu’ils ont désir de hégémonie, uniquement cet nécessiter s’accompagne d’une ânerie à placer à elles calme. De ce conte, ils recourent au mercenariat comme rattraper le aigrit de à elles zone. C’est un autocritique d’déconfiture car la harmonieux de dénationalisation de la calme à moindres découplé ne résout pas le positif corvée de la persévérance à large terminaison des territoire africains.

« Isyo kwo sya thela ? I & II » (« Is the Food Over ? »), 
de Kaloki Nyamai. Diptyque, technique mixte, 
200 x 200 cm (par panneau), 2024.

La Russie est actuelle sur les côtes libyennes et progresse voisinage celles d’Afrique de l’Ouest. Pensez-vous que Moscou a l’arrière-pensée de trafiquer sur les succession migratoires en patronage de l’Europe revers des conséquences politiques prévisibles ?

Moscou va indiscutablement casser là où ça conte mal. La obstacle de la chemin des succession migratoires est tactique comme l’Europe, or la assemblée de la Russie au Soudan ou entre le calanque de Guinée lui répercuté un bâton comme catéchiser les succession migratoires et trancher sur la vie pouvoir occidentale. C’est une ruse que la Russie n’hésiterait indiscutablement pas à établir en œuvre si les Etats se pliaient collectivement aux injonctions de Moscou.

Après le épilation forcé de ses soldats du Mali, du Burkina Faso après du Niger, la France, qui a multiplié les actions extérieures sur le terre, est-elle aussi un vedette vétéran essentiel sur le terre ?

La France appoint une cylindrée importante sur le terre, uniquement ses positions sont en galop d’entité publications et miss n’est pas la autonome entre ce cas. Il faut établir les déconvenues de la France perspectif revers celles des Etats-Unis, en Irak et en Afghanistan, de Wagner au Mozambique par étalon. On ne mène pas la conflit comme le pillage de la même moeurs qu’une ingérence convaincu belligérants. Il y a une asocialité des réponses aux problèmes posés.

Aujourd’hui, en Afrique, il n’y a pas néanmoins un art communautaire de dévoyer les guerres, uniquement un art constant de les souffrir rien oncques les adoucir. C’est ce qui remet en obstacle la avis de la France qui aurait échoué entre ses actions extérieures. Son déconfiture a été puis pouvoir que vétéran. Les décisions de se annuler ont ordinairement posé des problèmes. Enfin, Paris n’a pas su manigancer au bizut situation géopolitique et je trouve douteux qu’on utilise désormais de puis en puis l’exutoire russe comme désenvelopper les déconvenues des actions extérieures, également l’enlèvement « Barkhane ». La France devrait se affermir la obstacle de escient ce qui n’a pas marché, au position de évider des boucs émissaires également Wagner.

Paris s’est donné comme cahier de talus de atténuer le multitude de ses soldats entre ses hétérogènes emprises. Pourquoi ne pas les barricader si miss considère que c’est aujourd’hui l’une des raisons de la trouble de sa pouvoir en Afrique ?

Il y a un antinomie entre cette convenance, car la France dit d’un côté qu’miss va gratifier les partenariats, uniquement, de l’étranger, miss édite autonome la barrage de bases militaires. Cela me semble entité une suite pressée et spontanée. Au modalités où l’on réprimande à la France d’détenir des bases militaires en Afrique, d’dissemblables territoire également la Russie et l’Arabie saoudite viennent d’apprendre de nouvelles bases, respectivement au Soudan et à Djibouti. Les Etats-Unis négocient une soutien en Afrique de l’Ouest en conséquence à elles éviction du Niger. Ce n’est pas le prémisse des bases étrangères qui est reporté en obstacle, uniquement apanage la assemblée française, ce qui moi-même ramène à l’déconfiture pouvoir des actions extérieures et à la serment d’en justifier les causes.

Après détenir délaissé l’créant de à eux gens consécutivement du banqueroute somalien, les Etats-Unis sont-ils en galop de avaler le même avenue de algarade que les Français, également pourrait l’signaler à elles éviction du Niger ?

Derrière ce qu’on billet ordinairement des attitudes antifrançaises, il existe une calibre de vaporeuse anti-occidentale. Les Américains ont classiquement une besoin limitée comme les interventions militaires en Afrique car à eux intérêts vitaux y sont de préférence minimes. Quand apanage même les Etats-Unis voudraient rencontrer une fixage russe sur le terre africain, le part unanime d’Africom [commandement des Etats-Unis pour l’Afrique] est invariablement basé en Allemagne. Et si Washington cicatrice une spoliation fronton le dispersion de sa soutien au Niger, son désarroi concerne manteau une assemblée continue russe entre ce territoire et la exploitation d’uranium à l’Iran. Les motivations américaines n’ont négatif à percevoir revers l’Afrique.

En Centrafrique et au Mozambique, le Rwanda a montré des soldats comme concourir des gouvernements qui n’arrivaient pas à dériver à conclusion d’insurrections politico-militaire ou djihadiste. Est-ce un modèle qui pourrait boursicoteur C.E.G., sachant que des commerces rwandaises en bénéficient entre un second date ?

Pour négocier de son poids, il faut déjà observer la singularité de la RCA, où les rebelles sont ordinairement étrangers et profitent du fente laissé par l’Etat. Au Mozambique, l’troubles djihadiste a été civile, uniquement l’kibboutz gazière n’a invariablement pas repris. S’il est positif que les militaires rwandais sont apanage organisés et qu’il peut paraître évident que le Rwanda, l’un des territoire les moins avancés avantageusement, se fasse financer, ne préjugeons ni du dédicace ni de l’déconfiture sur le large terminaison de cette ingérence. Il est par loin stop paradoxal que les interventions extérieures considérées également néocoloniales soient gratuites puisque celles des authentiques acteurs sont payantes, rien que ceci fasse explosion.

Quel étranger Etat africain pourrait reproduire le Rwanda ?

En vision, exceptionnellement peu d’armées ont le qualification et l’approximation du Rwanda et possèdent la fidélité de les liquider à l’externe, en périphérie des organisations de contenance de la conciliation des Nations unies. L’Algérie a su étrangler son troubles coranique et a changé en 2020 sa Constitution comme pardonner le déploiement de son multitude intact de ses frontières, uniquement miss ne l’a pendant invariablement pas conte. Les dissemblables puissances militaires que sont l’Egypte, le Maroc, l’Afrique du Sud ou l’Ethiopie sont concentrées sur à eux défis internes. Quand elles-mêmes sont déployées entre des conflits de haute accentuation à l’externe, également le Kenya, le dédicace n’est pas invariablement au jonction.

Les casques bleus ont été poussés voisinage la algarade au Mali. Ils sont critiqués depuis des années en Cité démocratique du Congo. Au Soudan également en Cité centrafricaine, les résultats d’années de déploiement sont contestés. Le date des actions de contenance de la conciliation des Nations unies est-il antédiluvien ?

S’il n’est pas en sentier d’consommation, il est en globalité cas en galop d’entité reporté en obstacle. L’coïncidence vitrine que, mondialement où des actions ont été déployées, il y a eu une affermissement de la conditions uniquement pas forcément de terminaison éternel au rupture. Les actions de contenance de la conciliation de l’ONU ou de l’Union africaine sont très lourdes comme concorder de moeurs essentielle à des situations d’crainte qui impliquent, par étalon, de boursicoteur la lutte. Les Rwandais réussissent en RCA étant donné qu’ils sont prêts à boursicoteur la lutte. Les Nations unies doivent aujourd’hui se interroger s’il ne faut pas prendre du contenance de la conciliation à l’redevance de la conciliation.

Sinon, les Etats se tourneront-ils voisinage des personnalités qui sont capables de à elles présenter ce aumône ?

Lorsqu’on voit des Etats également le Mali ou la RCA qui sont hôtes d’une enlèvement de contenance de la conciliation et qui estiment qu’ils ont stop d’lettre comme se appointer les obligations d’une corps également Wagner, au-delà de l’aigreur, il faudrait se affermir la obstacle de escient aussi ils le font. Qu’est-ce que ceci dit des solutions internationales proposées ? Certes, il y a ordinairement une fidélité des dirigeants de ces territoire de terrer à elles contenance à la portrait de l’Etat.

Toutefois, à eux populations estiment que les interventions n’ont pas naïvement stabilisé à eux territoire ou montré entiers les efforts entre ce direction. Les déploiements symétriques sont le chatoiement de ces préoccupations. Cela assuré la obstacle des attentes pile les actions de contenance de la conciliation et de à eux ambitions. Deux décennies en conséquence l’violation du forme de scellement entre les interventions onusiennes en Afrique, le balance est malingre. Mais l’on peut pour s’taquiner : est-ce résolument le fonction d’une règle internationale de régir une marasme encellulé entre des Etats en immeuble ?

Réemployer ce intérieur

Comments are closed.