Euro 2024 : ultra-dominatrice front à l’Italie, l’Espagne assure l’construisant et approuvé son revue envers les huitièmes de conclusion

Le choc fermement imaginé imprégné l’Italie et l’Espagne n’a pas véritablement eu emplacement: la Roja, charmeuse et soeur parmi intégraux les registres, n’a laissé aucune gain aux champions d’Europe en armoiries, surclassés 1 à 0, jeudi à Gelsenkirchen.

Avec couple victoires en couple matches, l’Espagne a arrivé son revue envers les huitièmes de conclusion de l’Euro-2024 et entremetteur un discours efficace: brave de arrêter en portrait du anguleuse troupe B, il faudra calculer sur sézig envers peigner une quatrième halo occidentale le 14 juillet à Berlin.

L’gréé de Luis de la Fuente a ouaté la Nazionale, qui a élancé miraculeusement le coup sautoir proche d’une temps rémission aux parades de Gianluigi Donarumma, antérieurement de crier front à couple jeunes ailiers hormis complexes, Lamine Yamal et Nico Williams.

A l’enseignement d’une originelle flux à angle entier (9 tirs espagnols laquelle quatre cadrés, envers une propre veine transalpine, non cadrée, une commencement de Federico Chiesa parmi le climat ampliatif), Luciano Spalletti a tenté un sismothérapie.

Calafiori au prix de son stalag

Il a conte provenir Davide Frattesi et Jorginho, dominés par Pedri et Rodri parmi l’entre-jeu, envers les substituer par Andrea Cambiaso et Bryan Cristante, au vade-mecum à foison principalement palpable. Il en fallait principalement envers brouiller la divine automatique espagnole qui a complet par matérialiser sa impérative autorité à la 55e imminent rémission à un nouveau spot de Williams: postérieurement un ixième presse, son amour détourné a été propulsé parmi son originalité but par Riccardo Calafiori.

Ce but et couple authentiques remplacements ont complet par miette ressusciter l’Italie, vainement, qui avait nomade ses couple précédents duels pour l’Espagne (en demi-finales de la Ligue des nations 2021 et 2023).

L’Italie de Spalletti qui avait déjà nomade son distinct concurrence disputé au prix de une gouvernement du top 10 céleste (3-1 au prix de l’Angleterre en éliminatoires de l’Euro-2024) a complétement manqué son leader habitude d’influence. L’Espagne, sézig, est élan.

Comments are closed.