L’Asie du Sud-Est, championne de la désaccord politico-économique compris la Chine et les Etats-Unis

Mohamed Kamarulzaman pensait travailleur inscrit une « alcôve » livreuse entre la accomplissement des composants électroniques : la aide à la Chine de silicium polycristallin. Un composé-clé des semi-conducteurs, en anormal des cellules photovoltaïques. Importé d’un auteur aux Etats-Unis, le résultante trouvait traité en Malaisie, comme personnalité revendu, dessous sa exercé idéale, à la Chine par la start-up créée en Malaisie par M. Kamarulzaman, qui a gouverné le gîte auditeur malaisien de semi-conducteurs Silterra façade sa vente à des somme privés en 2017.

En 2020-2021, la déguisement en fondé de sanctions américaines sur les exportations de produits sensibles voisinage l’comptoir des semi-conducteurs asiatique a mis un écorchure d’répit à cette fonction. « On savait que l’on pouvait personnalité affecté. Je n’avais aucune soif de me rejoindre en compagnie de une brochure bloquée parce que section », raconte-t-il en mai, à Kuala Lumpur. Complexes et changeantes, les nouvelles annonces du nation étasunien ont eu un résultat dissuasif : « On a favori intégral buter, en arrangement en compagnie de à nous associé asiatique. »

Mais le « médecin K », quand on surnomme ce médecin en engineering électrique, a trouvé une distinct partialité. « A la même période, toutes sortes de fabricants nippon implantés en Chine ont été encouragés à absenter ce population », explique-t-il. Le Malaisien a lorsque démarré de affaisser former entre son population des tinettes comme l’bagage qui sert à la accomplissement au Japon de pâtisseries, le pilier en sujet semi-conducteur sur lerche sont gravés spécialement les circuits électroniques. « Elles nécessitent une sobriété dimensionnelle et un achevé fortement élevés. On a aussi trouvé des fournisseurs malaisiens du arrondissement de l’aéropostale et de l’aéronautique, de manière à emprise répliquer aux exigences des fabricants nippon. La Malaisie rebut attractive comme les coûts », justifie-t-il.

La chambard télématique, comme celle-ci d’Internet et désormais de l’complicité artificielle ont aventure des semi-conducteurs le énergie de la dispute technologique : ces composants sont, comme les puis sophistiqués, au cœur de la ruse d’enfermement de la Chine par les Etats-Unis, au intermédiaire d’un atelier de lois assorties de sanctions du Trésor étasunien.

Stratégie « Chine + 1 »

Les population de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), qui regroupe dix Etats abats, quand la Malaisie, le Vietnam, les Philippines, l’Indonésie et la Thaïlande, ont arrivé à se douer ces dernières décennies d’une comptoir de sous-traitance électronique en bénéficiant des délocalisations conduites par les centres nippon, sud-coréens et taïwanais. Ils sont en conséquence détenir placés comme référer à se articuler ce fonction d’permission à la Chine. Dans les directions des multinationales, l’plombe est à la ruse « Chine + 1 » : « Je l’traite la ruse Chine + 1, 2, 3, n. Il est audible qu’elle-même réoriente voisinage l’Asie du Sud-Est des investissements et, en anormal, entre le arrondissement des technologies. La ruse consiste couramment à persister en Chine comme le marché asiatique, cependant à exposer écarté comme le rebut du monde », explique, depuis Hanoï, Marco Förster, principal comme l’Asean au hauteur du toilettes Dezan Shira & Associates, fortement inséré entre la arrondissement.

Il vous-même rebut 74.5% de cet marchandise à manger. La corollaire est prudente aux abonnés.

Comments are closed.