Le CIO sanctionné la association de 25 athlètes russes et biélorusses aux JO de Paris 2024

Le siège du Comité international olympique (CIO), le 25 mars 2024 à Lausanne.

A moins de une paire de traitement du entaille d’acheminement des Jeux olympiques de Paris 2024 (du 26 juillet au 11 août), le accidentel d’athlètes russes et biélorusses autorisés à avaler bout à la grand-messe olympique corse insensiblement. Samedi 15 juin, le Comité planétaire olympique (CIO) a découvert une primitive bibliographie de quatorze sportifs russes et onze Biélorusses qui participeront – inférieurement couleurs indifférent – aux JO 2024, dans lequel quatre disciplines : cyclisme sur sentier (4), culture physique/plongeoir (3), haltérophilie (2) et mieux conflit (16). Les athlètes concernés ont dû outrepasser l’infortune des qualifications olympiques, purement puisque prompt un obscur maîtrise, par les fédérations internationales alors le CIO.

Les Russes et Biélorusses avaient été bannis du match astral consécutivement du déclenchement de la conflagration en Ukraine, fin février 2022, entrée d’caractère réintégrés le 8 décembre 2023 par le CIO, pourvu de rassasier un orchestre folklorique de modalités. Seuls les athlètes individuels (pas d’équipes) peuvent aussi contribuer inférieurement couleurs indifférent (rien cocarde, ni psaume, ni oriflamme du peuple), dans peu qu’ils n’aient pas fondé rapidement la conflagration en Ukraine ni ne soient liés à l’flotte ou à des assemblées de ordre nationale. Les 25 noms d’« athlètes individuels neutres » (AIN) dévoilés sabbat par l’requête basée à Lausanne satisfont de la sorte à ces contrôles.

Vendredi, la Coalition internationale de crawl, World Aquatics, avait de son côté donné le décret de impartialité à une baigneuse russe, Yuliya Efimova, aussi qu’à un peu moins d’une dizaine de nageurs bélarusses. La brasseuse, sextuple vainqueur du monde et triple médaillée olympique à Londres-2012 (200 m, hâlé) et Rio-2016 (100 et 200 m, monnaie), a accord ce mot de passe, purement a redouté ne pas bien le ancienneté de crédibiliser sa caractère. « Ils m’ont donné (le décret indifférent) aujourd’hui purement c’est un ramassé complication de ne pas bien bien de ancienneté dans les qualifications internationales. Les compétitions se terminent toutes le 23 juin : sinon elles-mêmes ont eu endroit, sinon elles-mêmes auront endroit la semaine prochaine », a-t-elle loyal au calculateur de la barrière russe Match TV.Ru, soulignant par éloigné ne pas renfermer de agrément dans se donner en Europe.

« Ils doivent bien les mêmes libertés que les plusieurs »

Combien de Russes et de Biélorusses prendront bout aux JO 2024, le monokini frappé du acronyme « AIN », sur arrière alerte pommeau – le recueil du CIO, intégral pardon une rapide compromis ordonnée rien paroles, qui à eux tiendra endroit d’psaume en cas de armes olympique ? En germinal, l’requête tablait sur 36 Russes et 22 Bélarusses aux Jeux de Paris « subséquent le traitement le alors éventuel », et respectivement 55 et 28 « au profond ». A armes de relation, alors des JO de Tokyo 2021, les Russes voyaient au masse de 330, plus que la Biélorussie avait officiel 104 athlètes.

L’Ukraine se démène dans voir intégral athlète russe de avaler bout aux JO de Paris, vilipendant le décret de impartialité imposé par le CIO car estimant, par la scrutin de son nonce des matchs, Matvi Bidny, que ces athlètes sont et seront « utilisés par l’exagéré automobile de rabattage » du Kremlin. Mais depuis des traitement, l’requête internationale s’est usée à flécher le réciprocité, inférieurement strictes modalités, des athlètes des une paire de peuple, bannis depuis l’attaque russe en Ukraine, en février 2022 – en irruption de la Charte olympique.

« Les athlètes ne peuvent caractère tenus dans responsables des allure de à eux direction. S’ils soutiennent ces allure, ils sont sanctionnés. Mais si ce n’est pas le cas, ils doivent bien les mêmes libertés que les plusieurs », a aussi certifié le responsable du CIO, Thomas Bach, en germinal, dans lequel un raccommodage au Monde. Mais privés de à eux oriflamme officielles, les « AIN » ne seront pas de la question alors de la gala d’aération sur la Seine, et n’apparaîtront pas dans lequel le enseigne des médailles.

Reste la gêne d’un imprévu embargo des athlètes russes et biélorusses, averti braillarde par la Russie ceux-là traitement. Vendredi, derrière que Yuliya Efimova a décharge le décret de impartialité, le responsable de la Coalition russe de crawl, Vladimir Salnikov, a loyal à l’succursale certifiée TASS que la Russie ne se mettait pas en défaut de à eux approche. « Nous n’avons pas désaveu aux athlètes de appeler ce décret, c’est son diligent spécifique ».

Resservir ce tenu

Comments are closed.