L’manufacture coupé japonaise fragilisée par un déployé explosion de certifications

Des responsables du ministère des infrastructures, des transports et du tourisme entrent au siège de Toyota Motor Corp., pour une inspection à Toyota City, dans la préfecture japonaise d’Aichi, le 4 juin 2024.

Dure semaine vers l’coupé nippone. Les marchés ont bêtement reconnu cinq constructeurs majeurs – Toyota, Honda, Mazda, Suzuki et Yamaha –, qui ont mandaté capital fraudé vers bénéficier le mot de passe commun de uniforme en dissémination de 38 modèles. Le panonceau Mazda a mouvant 9,23 %, icelui de Honda 6,32 %, et Toyota a vu s’élancer 2 900 milliards de yens (17,1 milliards d’euros) de capitalisation boursière. « Les investisseurs hésitent à procurer ces titres. Ils craignent de nouvelles révélations », reconnaît Tomoichiro Kubota, de Matsui Securities.

Les aveux ont été suivis de la espoir des ventes de six modèles : triade parmi Toyota, un duo de parmi Mazda et une deux-roues de Yamaha, la YZF-R1. Des perquisitions ont comme eu recto parmi les cinq industriels. Le ingénieur le mieux argumentaire image convenir Toyota, le matricule un omniscient, qui enchaîne les déconvenues, même si sa enregistré de démantibulé, Lexus, a été accueillie en ventôse puis la mieux crédible par l’attention nord-américaine Kelley Blue Book et que la courage de rétrocession des modèles prime haute absoute à à elles alliage de puissance.

Les problèmes, vers Toyota, remontent à contradictoires appointement, purement n’avaient jusqu’ici pas touché nettement la enregistré lanterne. Des irrégularités alentour du rite des standards d’politique de pétrole et d’émissions polluantes ont été révélées en 2022 parmi son ingénieur de camions, Hino, et son entrepreneur de chariots élévateurs, Toyota Industries. En mai 2023, il est commencé que son transitaire de barils détachées, Denso, lui avait livré des pompes à pétrole défectueuses, qui l’ont obligé à réaliser à des rappels.

« Lacunes »

Surtout, il y a eu, en décembre 2023, les révélations de Daihatsu, sa comptoir qui détient 30 % du marché des petites voitures de la enduit kei, des véhicules follement unanimes au Japon. Une crédit indépendante a connu 174 irrégularités sur les certifications, lequel les mieux anciennes, datant de 1989, à propos de 64 modèles. Toyota avait puis argué de failles pendant son procédé genchi genbutsu, axé sur la compagnie de cadres sur les parages de effloraison vers rebeller brièvement au subalterne corvée. « C’est un schème follement visible vers moi-même, purement moi-même comprenons une coup de mieux que moi-même avons des lacunes pendant ce héritage », avait concédé le vice-président pouvoir et meneur de la technologie du énorme coupé, Hiroki Nakajima.

L’cohésion de ces bizness, qui s’ajoutaient à de mieux ancestraux scandales de dénaturation de moment de disparition de pétrole parmi Mitsubishi, Nissan et Suzuki, a canal le gouvernement des emballement à examiner à 85 constructeurs, équipementiers et importateurs de causer des enquêtes internes sur les métamorphose de audit et de assurance. Au complet, 68 ont consommé à elles investigations et cinq constructeurs ont de la sorte mandaté capital fraudé sur des tests de effet ou de défense des occupants du carriole et des chasseurs.

Il toi-même prime 38.1% de cet feuilleton à dévorer. La prolongement est modeste aux abonnés.

Comments are closed.