“Nous ne pouvons nous résigner à voir l’extrême droite prendre le pouvoir”, écrivent 160 âmes du match hexagonal pour une symposium

Plusieurs dizaines de âmes du match hexagonal appellent pour une symposium publiée dimanche 16 juin sur le parage de L’Equipe à élire malgré surabondant ouverte lorsque des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

“Aujourd’hui, nous sommes menés au score, sur le point de perdre le match. Mais il nous reste quelques jours de prolongation pour réagir”, écrivent-ils pour cette symposium. “Votons contre l’extrême droite, qui vient de réaliser un score historique aux élections européennes”, ajoutent-ils.

“Nous sommes bien conscients des difficultés grandissantes que beaucoup rencontrent pour joindre les deux bouts, de la colère face aux inégalités, du manque d’engagement et de la peur de l’avenir. Mais en tant que sportives et sportifs professionnels, entraîneurs et décideurs, nous ne pouvons nous résigner à voir l’extrême droite prendre le pouvoir dans notre pays”, poursuivent-ils.

La symposium a été signée à ce palier par principalement de 60 âmes, sportifs, entraîneurs ou dirigeants, dans auquel les anciennes athlètes Marie-José Pérec et Monique Ewanje-Epée, les navigateurs Isabelle Autissier et François Gabart, l’suranné footballeur Vikash Dhorasoo ou principalement les ex-rugbymen Serge Betsen et Fulgence Ouedraogo ou Yannick Noah, le nouveau Français première du défi de Roland-Garros.

“L’extrême droite exploite ces différences et manipule nos peurs pour nous diviser”

Ses auteurs estiment que l’surabondant ouverte “piétine le respect”, qu’ils érigent eux pardon “l’une des pierres angulaires du sport”. Le match, soulignent-ils, “nous a montré que malgré nos différences ; couleurs de peau, religions, accents, cultures, orientations sexuelles, handicaps, genres, nous faisons partie de la même équipe, et que notre diversité est une force”.

“L’extrême droite, enchaînent-ils, exploite ces différences et manipule nos peurs pour nous diviser.” “Nous avons une opportunité extraordinaire de montrer à notre pays que nous, sportifs, sportives et acteurs de ce monde, appelons à une société plus inclusive et démocratique.”

“Nous pouvons bâtir une France où chaque individu, quelle que soit son origine, est traité avec dignité”, concluent les signataires, où se retrouvent autant l’suranné puncheur Brahim Asloum, l’ex-joueuse de tennis Marion Bartoli, le fantassin Yohann Diniz, les escrimeuses Astrid Guyart et Ysaora Thibus ou la baigneuse Malia Metella.

Comments are closed.