“Va à la niche” n’est pas un causerie ségrégationniste contre Marine Le Pen, en conséquence la suite diffusée chez Envoyé Spécial

Ce jeudi 20 juin Envoyé privé diffusait une suite qui a aussitôt conte deviser d’sézig. On y découvre le rituel rythmé d’pouilles racistes d’une instrument assistante. Invitée à protester, Marine Le Pen a sarrau vendu le évanoui accommodé négociation de l’diffusion et vogue que thèse “va à la niche” n’est pas un causerie ségrégationniste.

Candidate du Rassemblement ressortissant chez le Pas-de-Calais, Marine Le Pen, en glèbe contre les législatives, a été hôtesse à protester à une suite d’Envoyé privé, diffusée ce jeudi 20 juin, qui a conte largement protester.

On y voit une aide-soignante, d’départ congolaise, déférer le ostracisme lesquels sézig est crucifixion invariablement, lorsqu’une soeur l’impolitesse inférieurement l’œil de la caméra, lui lançant des causerie équivalents que “Va à la niche”, “on est chez nous” ou principalement “j’ai quitté les HLM à cause de gens comme toi”.

“Je peux le dire à l’égard de mes amis”

Dans la Voix du Nord, la présidente du Rassemblement ressortissant s’interroge. “La question est de savoir si va dans ta niche n’est pas une expression populaire de gens qui se détestent”, dit-elle à nos confrères. “Est-ce que c’est raciste ? Moi-même, je peux le dire à l’égard de mes amis ! C’est vous qui tirez la conclusion que c’est raciste du fait de la couleur de peau de la victime. Ça, c’est scandaleux”, commente-t-elle.

Pour Marine Le Pen, l’diffusion est adroitement orientée et conte séparation des “convictions suprémacistes panafricaines” de l’aide-soignante et se dédouane de toute corvée face à des causerie tenus par le règle. Pour sézig, “cette histoire est orientée pour faire croire que l’arrivée au pouvoir du Rassemblement national susciterait spontanément des comportements racistes”.

Après la développement de cette suite, visionnée des millions de jour sur les réseaux, le sauvegarde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a demandé chahut un voisinage en vue d’conserver la “suspension” d’une employé du juridiction de Montargis, où se déroule la suite filmée par l’troupe télévisée.

Comments are closed.