François Ruffin : « Jean-Luc Mélenchon à la télé intégraux les une paire de jours, ça nous-même étranglait. Il fallait que je décapotable la merlin revers contrôle folâtrer »

François Ruffin, investi par le Nouveau Front populaire, a remporté le second tour des élections législatives dans la première circonscription de la Somme. Ici, à Paris, le 9 juillet 2024.

Réélu de justesse, dimanche 7 juillet, dans la 1re circonscription de la Somme face au Rassemblement national (RN), le député François Ruffin pose un regard critique sur La France insoumise (LFI), la formation politique qu’il a quittée avant le second tour des élections législatives. Appelant à ne pas opposer « la France des bourgs et des tours », il accuse son ancien parti d’avoir sciemment abandonné les campagnes populaires et les terres ouvrières, pour se concentrer uniquement sur la jeunesse et les quartiers.

Comment analysez-vous les résultats des législatives. Est-ce vraiment une victoire de la gauche ?

Au soir des élections européennes, le 9 juin, la gauche était en miettes, le moral dans les chaussettes. Qu’avec un « Soyez unis », un « Front populaire », on parvienne en quatre semaines à rallumer la lumière, c’est un espoir. Mais au risque de jouer le rabat-joie, je dis : « Attention, c’est un sursis. » Il y a un effet trompe-l’œil. Le mode d’élection, les institutions, ont contenu la poussée du Rassemblement national (RN), mais la vague est puissante.

Ma Picardie a élu treize députés d’extrême droite sur dix-sept, c’est pire dans le Pas-de-Calais. 57 % des ouvriers ont voté pour le RN dès le premier tour, et perdre les ouvriers, c’est très grave pour la gauche : ce n’est pas seulement perdre des voix, c’est aussi perdre son âme. Et dans ma circonscription aussi, il faut l’énoncer avec lucidité : je recule de huit points en deux ans.

Cette difficulté, je l’avais identifiée dès 2022, dans mon livre Je vous écris du Front de la Somme (Les Liens qui libèrent). La gauche souffrait de trois « trous » : un trou géographique, la France des bourgs ; un trou démographique, les personnes âgées ; un trou social, les salariés modestes. Mais cette alerte n’a servi à rien. La situation a empiré, et même basculé.

Comment avez-vous vécu la campagne ?

Dans la douleur. D’un côté, il y avait la force d’attraction du RN : en face de moi, le candidat, c’était Jordan Bardella. Pour bien des gens, Marine Le Pen et lui incarnent le changement. Et de l’autre côté, une force de répulsion. Pendant trois semaines, nous avons porté notre croix, un sac à dos rempli de pierres, on s’est heurtés à un mur, à un nom : « Mélenchon, Mélenchon, Mélenchon. » Avec le profil de la gauche, de LFI, ces deux dernières années, je savais qu’on perdait du terrain. Mais je pensais que ma figure, localement, servirait de paratonnerre.

Eh travailleur non, ceci ne suffit pas, ni à Sébastien Jumel [député sortant communiste (PCF), qui s’est incliné en Seine-Maritime], ni à Fabien Roussel [secrétaire national du PCF, qui a perdu dans le Nord], ni à d’hétérogènes. C’présentait voisinage joyeux : les individus me disaient « on adore tes compliment, c’est émoustillant », « attends, j’commerce ma homme on va employer un selfie », et à la fin, grâce à Macron et Mélenchon, ils votaient Bardella !

Il toi-même addenda 63.98% de cet passage à bouquiner. La conséquence est distinguée aux abonnés.

Comments are closed.