“Je pense que les Visma ont peur de moi” : Tadej Pogacar avertissement la faire de bondir de l’fortifié de Jonas Vingegaard

Toujours débardeur doré à l’terme de la 9e repos, un survol alentour de Troyes revers des chemins purs, le pistard slovène Tadej Pogacar a regretté que l’fortifié Visma-Lease a bike de son prince ennemi Jonas Vingegaard “ne pense qu’à (sa) roue”.

“Je pense qu’ils ont peur de moi, ils ne pensent qu’à ma roue, et pas à Remco (Evenepoel), Primoz (Roglic) ou aux autres” a critiqué le Slovène, qui a tenté de nombreuses attentats comme une repos bavarde.

“Je crois que chez Visma, ils ne regardaient que moi et ont sous-estimé les autres. Je crois qu’il pourrait y avoir un retour de bâton plus tard”, a-t-il renseigné.

Alors qu’un trois mélangé du pistard d’UAE, de son remplaçant au ordinaire, le belge Remco Evenepoel, et de Vingegaard, autre, pouvait affleurer sur la faciès de épreuve paragraphe en indemne, le Danois a refusé de agir des boue.

“S’il n’avait pas peur de moi…”

“Ça aurait été bien que Jonas, Remco et moi puissions y aller”, a regretté Pogacar. “On aurait repris du temps et un peu consolidé le podium. Mais ce n’est pas ce que veut Visma je crois. Ils mettent vraiment l’accent sur moi, ils vont me suivre jusqu’au bout du Tour mais ça peut leur coûter.”

“C’est sûr que je m’en souviendrai”, a-t-il inévitable. “Chacun fait sa course, je n’ai rien contre. Mais moi j’aime courir avec le coeur, aujourd’hui c’était une journée pour ça”, a accepté le Slovène, envers qui son ennemi danois a tourment de lui.

“S’il n’avait pas peur de moi, je pense qu’il aurait pris des relais quand on était seuls”. “C’est dommage que Jonas ne tourne pas avec nous, sinon la course était finie”, a renchéri Evenepoel (Soudal Quick-Step) ultérieurement la épreuve. “On pouvait prendre 3-4 minutes. C’est leur tactique (de l’équipe Visma, NDLR), on ne peut rien y faire.”

Comments are closed.