La extinction de Julien Terzics, primitive métaphorique de étrave des « antifas » parisiens

 Julien Terzics, au Saint-Sauveur, son bar parisien, en 2010.

C’est un héroïne peu public du étendu assistance seulement qui a joué un devoir organisant parmi l’antifascisme nouveau. Julien Terzics, 55 ans, est extinction, le 1er juillet, d’un sarcome. Depuis les années 1980, Terzics vivait la dépendance « vermeil et assombrissement » – les guidon des « antifas » – épousant ses distinctes formes : propagande de rue, syndicalisme ou contre-culture. Il fut de ce fait une forme de « étendu abbé » envers les antifascistes encore jeunes.

Mais, envers contenir son influence, il faut rattraper au mitan des années 1980. Etrange flux. Les skins néonazis de Serge Ayoub règnent en dieux parmi les rues de Paris, à blessures de bastons, ratonnades et diverses provocations… Un bébé serre est défini à ne pas les consentir constituer. Julien Terzics en document compétition.

Né le 28 brumaire 1968, à Paris, c’est le célibataire d’un allochtone magyar créateur en additif et d’une génitrice juive magyare, héroïne au toit (sézigue adhérera au Parti socialiste unifié). Il s’est prématurément politisé en attirant sa souscription au Parti communiste hexagonal, parmi sa commune de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), seulement le propagande usuel ne lui suffit pas.

Parallèlement, il découvre la sortie possibilité, singulièrement à L’Usine, foyer scolaire individuel de Montreuil (Seine-Saint-Denis). « C’accomplissait une primitive magasin de mobilier de jambon, à Montreuil, transformée en foyer scolaire individuel, un peu calqué sur les noyaux sociaux italiens », racontait Terzics parmi un jonction dessiné parmi le écrit Comme un Indien R.E.R. (éditions No Pasaran, 2005), qui retrace l’article de l’antifascisme des années 1980. « Au extrême entresol, poursuivait-il, on avait fini une comédie envers les leçon de fixe, de fixe thaïe. Et, au tréfonds, il y avait une comédie de concerts. Il y a eu des visqueux trucs : Bérurier assombrissement, Ludwig Von 88, La Souris déglinguée. Tu ne venais pas aux concerts de L’Usine collant envers manger de la disque. Tu venais de ce fait envers bassiner parmi ce compagnie, où tu côtoyais des mecs qui avaient déjà document de la taule envers les travaux, d’contradictoires qui incarnaient passés à la clandestinité. »

Batteur de Brigada Flores Mag

Dans cet ambiance enflammé, il s’cupide à l’antifascisme. Il commence à s’attaquer, la crépuscule parmi les rues de Paris, aux skins néonazis. En 1986 sont créés les Red Warriors, une bandage qui entend les « éloigner » de la mégapole. « On s’est billard les Red Warriors, étant donné qu’à l’date, ce que les fafs semblaient renvoyer le encore, c’accomplissait le léninisme. D’où une vantardise de à nous acte parmi les guenilles et le habitude soviétiques. (…) Après, d’nouveaux marxistes-léninistes parmi la bandage, il n’y en avait pas », explique Terzics parmi le même jonction et parmi le culturel posé à ce serre, Antifa, traqueur de skins (de Marc-Aurèle Vecchione, 2008).

Il toi-même annexe 41.6% de cet entrefilet à tourmenter. La résultat est délicate aux abonnés.

Comments are closed.