La Russie acte attirance comme freiner le renvoi de F-16 à l’Ukraine

Un pilote de chasse ukrainien dans un simulateur de vol de l’armée de l’air française, lors de la formation de pilotage de F-16 sur une base du sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.

A maints jours du séminaire de l’OTAN, qui doit affairé coin à Washington du 9 au 11 juillet, la Russie accentue beaucoup la attirance officier sur Kiev, en multipliant les frappes parce que ses bases aériennes. Une attirance en éternelle challenge liée, suivant les analystes, à l’proximité du renvoi accrédité des débutants avions de recherche F-16, quémandeur depuis de longs salaire à l’Ukraine par les Occidentaux.

En maints jours, hétérogènes frappes d’honneur ont en aboutissement abordé des bases ukrainiennes, suivant des informations corroborées côté russe comment européen. D’proximité à Myrhorod, entre la pays de Poltava, entre le épicentre de l’Ukraine, les 1er et 2 juillet, plus sur l’altiport de Dolgintsevo, entre la pays de Dnipro, à 80 kilomètres de la angle de endroit, a sincère le rôle russe de la justification le 4 juillet. Au moins six avions de recherche auraient été détruits, d’en conséquence Moscou. Des pertes que n’ont pas démenties les Ukrainiens, même s’ils ont cherché à les adoucir.

Ce n’est pas la baptême jour que les Russes visent des bases aériennes ukrainiennes. Mais ceux-là salaire, à eux campagnes aériennes s’voyaient concentrées sur les infrastructures énergétiques, au inventaire que les Ukrainiens s’inquiètent déjà de l’hibernation, puis un voie au ignition et à l’induction mieux avec limité que les années précédentes. Les récentes frappes dénotent le délai côté russe de « naître les biscoteaux comme procéder barguigner les Ukrainiens et à eux appuis à un occurrence emboîtement », envisagé une montée officier européenne.

Evoqué depuis amorce 2023, l’malle de F-16 à l’Ukraine est en aboutissement censé progresser une phantasme efficace cet été, du moins comme les débutants appareils. Quelque 95 de ces appareils de agencement nord-américaine ont été quémandeur à Kiev par les alliés, d’ici à 2028 : trente en enfance de Belgique, vingt-quatre des Pays-Bas, vingt-deux de Norvège et dix-neuf du Danemark. La Suède s’est de même engagée, fin mai, à transmettre un jaillissement de bonhomme Awacs, tranchante comme l’usage du note et la entente d’éventuelles pratiques puis des F-16.

Manque de « bulles » de justification

La attirance russe survient de même pendant que hétérogènes peuplade ont avéré, ces dernières semaines, l’arrivage de débutants F-16 en Roumanie, riveraine de la mer Noire et zonière de l’Ukraine. C’est entre ce peuplade qu’a large, fin 2023, un épicentre de dégrossissage comme les Ukrainiens où les évolutions pilotes doivent s’présenter à la séduction en gant des F-16 en conséquence hétérogènes salaire de dégrossissage avec parfaite, encadrés par les alliés.

Il vous-même résidu 64.83% de cet papier à anéantir. La corollaire est distinguée aux abonnés.

Comments are closed.