Le résolution communal de Colomiers confus de éloigner son vœu de apaisement en Palestine et en Israël ultérieurement un poste du gouverneur de la Haute-Garonne

l’construisant
Le résolution communal de Colomiers de ce mercredi 9 juillet a été marqué par une pharamineuse questionnaire du gouverneur de la Haute-Garonne. Ce récent a menacé de prendre le jury réglementaire si la Ville ne retirait pas son vœu de apaisement compris Israël et la Palestine. Explications.

Le récent nullement de l’suprême résolution communal de l’période a été un morceau discussion ce mercredi 9 juillet à Colomiers, adjacent de Toulouse. En efficacité, la juge, Karine Traval-Michelet, a annoncé que le gouverneur de la Haute-Garonne, Pierre-André Durand, avait menacé la préfecture dans lequel un poste de prendre le jury réglementaire quant à entraîner des poursuites du cataclysme d’un vœu quant à la apaisement compris la Palestine et Israël que Colomiers a formulé et voté à l’adhésion le 24 avril récent en résolution communal.

“On nous demande de retirer ce vœu, au motif qu’il ne présenterait pas de lien suffisamment direct et spécifique avec un intérêt local”, indiquait la juge qui dénonçait un “deux poids, deux mesures en fonction de la thématique abordée” de la élément du Préfet. “Pour autant, nous n’avons aucun intérêt à aller nous battre au tribunal administratif et d’engager de l’argent public et des ressources, ajoutait-elle. Je propose donc de retirer ce vœu, tout en manifestant notre opposition à cette demande.”

“Si on ne peut plus faire de politique, alors ce n’est plus la peine de faire des élections !”

Après cette appui, Théodore Aubin, élu communiste, a reçu la articulation. “En ce mois de juillet, on a atteint 38 000 morts dans cette guerre-là, c’est l’équivalent de 95 % de la population de Colomiers. La Préfecture exige le retrait de ce vœu, au mépris de la jurisprudence, en dépit du fait que ce vœu ne faisait qu’appuyer les revendications de la diplomatie française”, a-t-il justifié façade d’héler à décider comme ce rétrogradation “pour deux raisons”. “D’abord l’exigence de paix toujours nécessaire, et ensuite l’exigence de la défense de la clause de compétence générale. Si on ne peut plus faire de politique, alors ce n’est plus la peine de faire des élections !”
Le rétrogradation a en définitive été acté involontairement l’aversion des élus communistes, socialistes et d’une refus.

Comments are closed.