LIVRE. Les prophétiques « Propos d’déportation » des écrivains antinazis là-dedans La Communication

l’constitutif
Ils sont physicien, humaniste, économiste, écrivains, journalistes… Deux d’compris eux sont frais Nobel, Albert Einstein et Thomas Mann. Tous sont des opposants allemands au nazisme. Dès 1932, Maurice Sarraut à elles oblige la ” une ” de La Communication. Leurs ” Propos d’Exil ” résonnent généralement.

Les historiens le savent. Il ne faut pas bouquiner ” hier ” verso les lorgnons d’” aujourd’hui “. Mais discerner le passé permet d’émanciper le cadeau, s’accordent-ils en conséquence. ” J’admets qu’il est difficile de démêler les éléments qui composent ce pays. Il est en effet habité par des races disparates, civilisées autrefois, à des époques très diverses, ce qui explique en partie la haine qui y règne “, libelle Heinrich Mann là-dedans La Communication du 27 avril 1933. L’promoteur de ” L’Ange bleu “ est né à Lübeck. Et c’est de l’Allemagne qu’il parle, ajoutant ” Les Allemands ont toujours eu du mal à s’entendre : de là leur préoccupation constante du problème national et de la question de savoir ce qui réellement est allemand “.

91 ans alors tard ? Peut-être qu’un bouquineur émanation la obsession de modifier ” Allemands ” par ” Français “, “Italiens” ou “Hongrois” envers préparer au conclusion. Quoi qu’il en ou bien… Reprendre ces ” Propos d’Exil “, extraits publié en 2018 par Privat à l’résolution de la Fondation troupe Communication, transmis à préparer, en ce arrivage d’été tourmenté officiant les 80 ans de la Libération.

Le 30 janvier 1933, Hindenburg a nommé au augmente Adolf Hitler. Dès l’cycle précédente et jusqu’en 1940, La Communication – interdite par le “Führer” en 1936 – accueillera là-dedans ses colonnes la réflexion des mentaux exilés, partout connus : Albert Einstein, frais Nobel 1921, Heinrich et son moine Thomas Mann, frais Nobel de roman 1929, Theodor Lessing, Alfred Kerr, Georg Bernhard ou Theodor Wolf.

Opposants aux nationalismes mortifères, eux-mêmes démontent lorsque la machinerie qui a porté l’abusif franche au augmente là-dedans à elles territoire. Le jeune chancelier a subjugué les masses en pétrissant les haines de la ” bourgeoisie déclassée ” auprès le plébéien chez d’un salariés possédant mobile ” [sa] foi dans l’idée sociale ” total en se gondolant ” d’une masse appauvrie, surtout intellectuellement “, total ceci au bénéfice des grands industriels et financiers allemands, explique d’instantanément Heinrich Mann aux Français.

Toujours alors resserré, il constate qu’en Europe, la ” mode va au genre coercitif ” et ” les régimes qui y excellent y attirent les pauvres d’esprit de partout ” toutefois en conséquence ” les snobs subtils ainsi que la masse des conformistes “. Foules qui abattront ” la démocratie libérale à laquelle pourtant elles doivent tout ” prophétise son moine Thomas qui souligne… ” Elles l’abattent en se servant d’elle [car] elles méprisent l’idéalisme et tout ce qui y prend sa source, c’est-à-dire la liberté et la vérité “.

Au fil des pages, surgissent donc des impressions de “déjà-vu” alors contemporaines, portées compris méconnaissables, par Alfred Kerr et son constatation de l’ignorance profonde des nazis relativement aux démiurges qu’ils revendiquent. “Nietzsche, près du buste duquel Adolf Hitler se fit photographier ne parle jamais des Allemands qu’avec le plus profond mépris” écrit-il, poursuiveur alors ailleurs “Des desperados n’ont pas besoin de Nietzsche. Ils appliquent simplement, en temps de paix, les procédés de la guerre, contre leurs propres compatriotes comme vis-à-vis de l’étranger”. Toute conformité verso des faits et des personnages… La énoncé et le jeu de pistes que ne manqueront pas de solliciter ces pages à édifier compris toutes les mains.

Comments are closed.