Lourde glas d’Emmanuelle Ménard sur la 6e région de l’Hérault : et subséquemment ?

Le double Ménard n’est pas client aux défaites en gouvernant. Dimanche réunion, ils ont dû consentir les résultats et ont souhaité se révéler unis et sereins pile la portée. Même si le RN devient un opposant principalement que juste au standing pièce.

La glas d’Emmanuelle Ménard et une dépense de presse sur Béziers même (principalement de 3 000 scrutin de hésitation sur le challenger RN sur la canton) au boni d’un RN arriviste, qui a par absent éternellement joui d’un fondation électoral aisé là-dedans la village de Riquet, sonnent-ils le mort d’une actualité ère ?
Des dissensions pourraient-elles paraître au giron de la plupart municipale qui circonspect un duo de élus du RN ? “Il n’y a pas de dissensions entre nous car nous ne sommes pas réunis sur une base politique mais sur un programme pour Béziers”, répond Robert Ménard, qui est venu adjacent de son mère, face à le pièce de razzia de celle, atteint Jean-Jaurès, ce dimanche réunion, à l’résultat des résultats.

“Je ne suis pas inquiet”

Quant aux prochaines échéances électorales, en l’opportunité les élections municipales de 2026, elles-mêmes verront hormis nul pressentiment un challenger RN sur la barrière de arrachement, aux côtés de Robert Ménard. Puisque celui-là a affirmé au demain de la débauche qu’il se présenterait définitivement à un tierce blanc-seing (à la atteint de sa épouse).
Mais là mieux et pile un mise de même pièce, le préexistant intérimaire balaie toute appréhension : “Julien Gabarron, je ne le connais pas, je ne l’ai jamais rencontré. La seule fois où il a fait parler de lui, c’est lorsqu’il a fait un sale coup à l’ASBH (il a racheté la propriété intellectuelle à l’Inpi d’une partie du slogan “aqui es beziers” NDLR) mais ça, les gens ne le savent pas. J’ai 18 mois pour le rappeler. Je ne suis pas inquiet pour les semaines et les mois à venir. Nous n’avons jamais arrêté de travailler, nous sommes des bosseurs.”

Comments are closed.