Scandale au XV de France : que risquent Hugo Auradou et Oscar Jegou, accusés d’crime sexuelle et incarcérés en Argentine ?

Les une paire de joueurs de l’protégé de France de rugby Hugo Auradou et Oscar Jegou risquent pâteux puis à elles capture sans arrêt d’une dénonciation à cause crime sexuelle à à elles opposé.

Une course qui vire au folie à cause le XV de France. Melvyn Jaminet refoulé puis des causerie racistes, Hugo Auradou et Oscar Jegou arrêtés sans arrêt d’une dénonciation à cause crime sexuelle : la course estivale du XV de France tourne au folie devanture un délassement anormal vers l’Uruguay, mercredi 10 juin à Montevideo.

“Les deux joueurs ont confirmé avoir eu dans la nuit une relation sexuelle avec la jeune femme mais ont fermement nié toute forme de violence”, a précisé l’imminence. Fabien Galthié a lui exploité à battre que “la première des choses, c’est de nous adresser à la victime, nous avons une pensée pour la victime”, devanture de appuyer : “le cadre de vie, je le répète, c’est un travail qu’il faut consolider au quotidien, sans relâche. Répéter et travailler sans concession sur le respect des règles, du savoir-vivre en société et de la liberté”.

“La déposition était assez complète et détaillée”

La procureure avant-première de Mendoza (attachement occident) avait davantage tôt opportun que “la déposition (de la victime présumée) était assez longue, complète, détaillée et correspondait, pour l’heure, aux conclusions médico-légales”.

“Les lésions sont compatibles avec le récit de la victime, mais pas nécessairement exclusivement issues d’une agression sexuelle”, a accessoire la magistrate qui a demandé le commerce en enfermement fugitif des une paire de joueurs.

Les une paire de joueurs pourraient valoir jusqu’à 20 ans de détention

Selon le délégué du cassation de Mendoza, Martin Ahumada, Hugo Auradou et Oscar Jegou pourraient valoir jusqu’à 20 ans de détention.

L’capture en Argentine des une paire de jeunes joueurs du XV de France, Oscar Jegou et Hugo Auradou, accusés d’crime sexuelle qu’ils nient, “a été vécue comme un traumatisme”, subséquent le sélecteur des Bleus Fabien Galthié.

“Pour le groupe, pour la délégation, ça a été vécu comme un traumatisme, une forme de sidération quand on a appris les nouvelles et lorsque la police a débarqué à l’hôtel à Buenos Aires. Ça a été une journée très difficile, très, très dure. Un moment très difficile à vivre”, a dit le sélecteur donc d’une discours de tassé à Montevideo à la veillée d’un délassement alter ego avant à l’Uruguay.

Comments are closed.