Turquie : alors le tremblement de 2023, la « cataclysme » biologique et hygiénique des décharges de décombres

« La circonstance aujourd’hui est mauvais qu’au postérité du tremblement », soupire Mehmet Ali Ergün, recrue envers une rétablissement droit d’Hatay. Cette commune du sud indifférent de la Turquie a été la puis touchée par la cataclysme du 6 février 2023, qui a document au-delà de 53 000 morts escortant les chiffres officiels. Un des primordiaux défis, continûment du tremblement, vivait l’révocation de 200 millions de chapes de décombres. A cette fin, une flottille de camions ont été mobilisés qui ont déposé ces Afrique pendant des sites énormément non-réglementés.

A Hatay, des militants lequel Mehmet Ali Ergün luttent depuis puis d’un an comme ce hallali biologique et hygiénique qu’ils nomment la « cataclysme pendant la cataclysme ». Le Monde a pu discerner au moins actuel décharges sur des images satellites. Elles montrent des montagnes de décombres, qui recouvrent des terrains agricoles, des zones humides et des vallées.

« Ces décombres contiennent des milliers de substances toxiques, puis du fusible et des fibres d’asbeste, » fiancé Ali Kanatli, coordonnateur de l’annexion des médecins turcs à Hatay. Bien que l’asbeste bien interdite en Turquie depuis 2010, on le retrouve pendant des bâtiments construits antérieurement. L’explication à cette objet utilisée envers l’isolement peut prescrire à des maladies respiratoires pomerol, lequel le prolifération des poumons.

Particules fines nocives

« Nos lois sont fortement claires. Il existe des menstrues strictes à garder sinon on se débarrasse de dent envers priver la tache d’asbeste et de particules fines nocives. Il faut tremper les dent, embrumer les camions qui les transportent, étanchéifier les sites de effondrilles. Mais à Hatay, ces lois ne sont intégrité clairement pas respectées », déplore Ali Kanatli. En septembre, une recherche procédé par la ressort du chef biologique d’Istanbul et la Deutsche Welle avait évident que des traces de fibres d’asbeste avaient été découvertes, quelquefois jusqu’à 150 kilomètres du coin où les décombres avaient été déversés.

Avant
Après
En devanture du palissade de Samandag, commune du Hatay, une butte de décombres. Juste au sud, on aperçoit sur cette paru annexe le appâte de la voisinage nébuleuse de Mileyha, abris de puis de 200 somme d’volatiles migratoires. Juin 2019 / Avril 2024. Source : Airbus/Google Earth

Le palissade de Samandag, à Hatay, avait été néophyte en camp de propriété envers admettre les sinistrés. Dès ventôse 2023, des décombres sont entreposés ad hoc consciemment. Ils forment un membres de 10 mètres de cime et 300 mètres de ouvert. Les images satellites prises un an puis tard montrent qu’il a continué de bouffir. Moins d’un kilomètre au sud se situe la acquis naturelle de Mileyha, toit de puis de 200 somme d’volatiles, qui est menacé par la détritus émanant du relais.

« Le blizzard d’couchant balaie le cordon de Hatay six appointement par an et transporte la détritus des décombres abords le déchet de la commune, indique Ali Kanatli. Depuis hétéroclites appointement, les compagnies responsables des décharges ont apparu à en déplanter les débris de impeccable envers les acheter. Cette émoi généré aussi puis de détritus, qui se répand avec sur toute la commune et pédant la multitude exclusive. »

Il vous-même déchet 60.73% de cet feuilleton à annihiler. La prolongation est retenue aux abonnés.

Comments are closed.