XV de France : accusés d’assaut sexuelle, double joueurs ont été arrêtés en Argentine

l’formant
Deux joueurs du XV de France sont mis en renseignement afin des faits qui se seraient déroulés à Mendoza, où les Bleus ont disputé sabbat à elles initial dispute fronton à la triage argentine.

La raclée sud-américaine du XV de France tourne mal : postérieurement le virevolte ségrégationniste de Melvyn Jaminet, double originaux joueurs des Bleus sont visés par une blâme afin assaut sexuelle et ont été arrêtés par la commissariat en Argentine lundi 8 juillet, subséquent l’AFP citant des pluies judiciaires. Les double rugbymen doivent entité transférés abords la état de Mendoza, pièce de l’assaut présumée et où les Bleus ont disputé sabbat à elles initial dispute fronton à la triage argentine (28-13).

Selon la épais locale, l’assaut présumée aurait eu pièce, à cause la obscurité de sabbat à dimanche, au Diplomatic Hotel de Mendoza, où logeaient joueurs et gypse tandis du fondement pour les Pumas.

Le juge a demandé l’incarcération immédiate des suspects, qui sont à Buenos Aires afin la succession de la raclée estivale. Les Bleus de Fabien Galthié doivent manquer mardi afin Montevideo, où ils affronteront la triage uruguayenne mercredi. Le XV de France reviendra derrière à Buenos Aires afin provoquer à frais l’Argentine sabbat.

Contactée par l’AFP, la Alliance française de rugby n’a pas répondu à cause l’prompt. Le directeur de la FFR Florian Grill et son vice-président Jean-Marc Lhermet réalisaient à cause l’horloge afin l’Argentine et devaient rejoindre tard à cause la obscurité de lundi.

24 heures postérieurement l’entreprise Jaminet

Cette écho intervient au postérité de l’entreprise Melvyn Jaminet, proscrit du serre postérieurement des sermon racistes à cause une vidéofréquence publiée dimanche et laquelle il s’est dit “honteux”.

A consumer itou :
Propos racistes de Melvyn Jaminet : dépossession de la raclée en Argentine, excuses du turfiste… On vous-même résume la querelle

“Ma daronne (ma mère, NDLR) qui me demande si j’ai fait la fête (il souffle). Je te jure le premier arabe que je croise sur la route je lui mets un coup de casque”, déclare, sensiblement monté, le turfiste (25 ans, 20 sélections) qui se filme sézig à cause cette brusque vidéofréquence non datée, postée sur Instagram et depuis supprimée.

Dans un préavis publié intensivement postérieurement sa explosion, la Alliance française de rugby avait proscrit “avec la plus grande fermeté les propos tenus par Melvyn Jaminet qui sont “sûrement inacceptables et singulières aux aptitudes fondamentales de à nous divertissement”.

Le turfiste “a été mis à l’écart avec effet immédiat et quitte le groupe France actuellement présent en Argentine”, avait complémentaire la FFR, soulignant qu’une “enquête interne” vivait en évolution afin “prendre les mesures appropriées”.

La plénipotentiaire des Sports Amélie Oudéa-Castéra avait salué sur X une “réaction rapide et adaptée à l’effroi que suscitent les propos de Melvyn Jaminet”, ajoutant “tolérance ZERO contre le racisme”.

Comments are closed.