Alain Rollat, le annoncier sétois qui a écriture une journal de Jacques Delors

Delors par Alain Rollat a 30 ans. Alors que le annoncier et Sétois est chroniqueur au secours habileté du Monde, qu’il est chargé de détailler le préliminaire direction de butor alors l’plébiscite de François Mitterrand et qu’il corde extraordinairement continuellement Jacques Delors, habile de l’Economie et des fiscalité dessous Pierre Mauroy que Flammarion le sollicite moyennant une journal de celui-là que l’on subodore inspirant à la présidentielle de 1995.

« J’avais noué des contacts étroits avec Jacques Delors, avec qui nous avions souvent des discussions, des apartés et des confidences à l’occasion de ses déplacements. Il m’a donné quelques scoops, resitue Alain Rollat. Flammarion l’a su. J’ai exposé ma proposition de biographie à Delors qui m’a ouvert toutes ses portes, ses archives, sa résidence secondaire… J’ai vu faire une biographie honnête et complète en m’appuyant sur des déclarations, ses archives et ses confidences. »

Lanceur d’agile sur la habileté de butor

Le parchemin de 298 pages chance le 1er janvier 1993. Le Sétois relate surtout les décisifs que Delors formulait sur la habileté avantageux et sociale du direction Mauroy. « En le voyant augmenter le Smic et les allocations familiales, il a été très vite tiré la sonnette d’alarme et dit que si la gauche continuait comme ça, elle irait dans le mur. Delors insistait auprès de Mitterrand pour que la gauche arrête sa politique économique flamboyante. »

La journal insiste surtout sur les rendus de l’bonasse habileté pour ses amis et ennemis. Moins sur le travail du Président de la diplôme communautaire. « Même si la biographie est juste, je suis le premier à reconnaître qu’elle est déséquilibrée, ayant fait la part belle à l’homme politique plus qu’à son travail européen », regrette Alain Rollat.

« Martine Aubry, sa fille, semblait promise à un bel avenir, alors… »

Avec 30 ans de crise, que retenue Alain Rollat de Jacques Delors ? « C’était un homme hors norme, assure le Sétois. Il est considéré comme un grand acteur politique alors qu’il ne voulait pas l’être. Son rêve était d’être couturier, journaliste ou cinéaste. Il est entré en politique par la voie syndicale. Sa philosophie consistait à travailler pour l’homme sans tomber ni dans l’individualisme, ni dans le totalitarisme. Il a adhéré au Personnalisme, mouvement spiritualiste faisant de l’individu l’objectif idéal. » 

Il ajoute: « Je retiens surtout qu’il était un extraordinaire pédagogue. Il disait que la planète ne s’en sortirait qu’en mettant le paquet sur la pédagogie pour se dégager de l’idéologie. Il disait aussi que la nouvelle génération d’hommes politiques ne travaillait pas assez et manquait de vision à long terme. »

Quant à son désintéressement étonnement à une Présidentielle de 1995 qui lui semblait promise, Alain Rollat caution cette appréciation : « J’ai toujours eu le sentiment que son refus était motivé moins par des raisons politiques que familiales : sa fille Martine Aubry, alors ministre du Travail, semblait promise à un bel avenir. J’ai la conviction qu’il a préféré s’effacer pour ne pas contrarier les ambitions de sa fille. »

Bien que né à Montpellier le 26 ventôse 1943, Alain Rollat a le cœur sétois. Il a ciré les récifs de l’institution primitif Paul-Bert, fini le baptême et la fin du intermittent à Paul-Valéry, a été descendant de cœur à l’confrérie Saint-Louis, joué au FC Sète voire été messager là-dedans ses années d’étudiants. Il réside aujourd’hui à Sète.

Comments are closed.